Rachat de CS par UBS: la solution « la moins mauvaise » (Jean Studer)

La reprise de Credit Suisse (CS) par UBS représente la solution 'la moins mauvaise', selon ...
Rachat de CS par UBS: la solution « la moins mauvaise » (Jean Studer)

Rachat de CS par UBS: la solution

Photo: KEYSTONE/ANTHONY ANEX

La reprise de Credit Suisse (CS) par UBS représente la solution 'la moins mauvaise', selon Jean Studer, président de la Banque cantonale neuchâteloise (BCN) et ancien président du conseil de banque de la BNS. Il dit aussi avoir vu des signaux préalables 'inquiétants'.

Des signes montraient déjà 'une situation compliquée' pour CS en automne dernier, estime M. Studer, dans une interview publiée dimanche sur le site Internet du Temps. Et de citer 'les fuites de capitaux, une culture problématique, notamment marquée par des placements hasardeux ou la filature d'un cadre supérieur, les changements rapprochés de direction et de manière générale une fébrilité qui faisait qu'on parlait trop souvent en mal de Credit Suisse'.

Malgré les tentatives de rassurer de ses responsables, les clients les croyaient de moins en moins, poursuit-il. 'Cette fragilité n'a fait que s'aggraver lors des turbulences bancaires survenues aux Etats-Unis.'

Le président de la BCN a présagé la reprise de CS par UBS lors d'une réunion avec ses homologues des banques cantonales latines le 10 mars. Les autres ont estimé que la première banque de Suisse n'avait 'aucun intérêt à le faire'. 'Je me suis alors dit qu'ils avaient peut-être raison.'

Pas la mission de la BNS de reprendre le CS

Jean Studer estime aussi que ce n'était pas la mission de la Banque nationale suisse (BNS) de reprendre sous son aile le CS avant de le revendre. La solution retenue est donc 'la moins mauvaise', compte tenu des structures et de l'activité mondiale de la banque et de l'urgence de la situation. M. Studer ne se prononce pas en détail sur la nouvelle taille d'UBS, même s'il reconnaît que 'le secteur bancaire est déjà démesuré par rapport à la grandeur de la Suisse'.

Si la BNS devait voler au secours de cette nouvelle UBS, il faudrait se poser la question de sa capacité à remplir ses autres missions, selon lui: 'Quelle serait, au niveau international, la crédibilité d'une banque centrale dont le bilan exploserait, alors qu'il est déjà très élevé? Serait-elle vraiment toujours à même de lutter contre l'appréciation du franc 'quoi qu'il en coûte'?'

Renforcer la Finma

Concernant la réglementation 'trop grand pour faire faillite', M. Studer trouve qu'elle est pertinente pour une banque systémique en difficulté. Mais on n'a pas le temps de mettre en place ces règles 'lorsqu'il y a une chute brutale de la confiance dans un gros établissement bancaire'.

Jean Studer ne jette pas la pierre à l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Finma). 'Il n'est pas facile d'agir pour un régulateur, car celui-ci est conscient que toute intervention significative de sa part ne peut qu'aggraver cette perte de confiance'.

Il reconnaît toutefois que la Finma n'a pas assez de pouvoir face aux banques d'importance systémique. Il imagine un régulateur spécifique pour ces établissements, avec plus de personnel et de compétences. 'Mais jusqu'où aller dans cet exercice?', se demande-t-il, s'interrogeant sur l'ampleur de la responsabilité à donner à l'Etat.

Garanties de l'Etat

Jean Studer estime qu'il y aura toujours une pesée d'intérêts à faire en la matière. Toujours offrir une garantie de l'Etat 'n'est pas forcément le meilleur moyen pour rendre attentifs les établissements bancaires à leurs responsabilités'. S'il y en a une, il faut alors en fixer les conditions d'exercice, ses conséquences sur la conduite des affaires et la gestion, ainsi que sa rémunération.

Le président de la BCN voit aussi un autre problème lié à la garantie étatique: 'il n'y a plus de grand écart avec le caractère public d'un tel établissement, comme l'ont plusieurs banques cantonales'. Celles-ci tirent d'ailleurs profit de la situation actuelle: une partie des clients de CS se tournent vers elles.

Au-delà des aspects financiers et des garanties de la Confédération, Jean Studer estime que la Suisse doit réfléchir sur sa relation avec sa place financière, qui était jusque-là 'connue pour ses performances, sa stabilité et sa crédibilité'.

Des principes mis à mal avec le droit d'urgence décrété, même si l'opération s'est faite de manière 'relativement ordonnée' et qu'il est 'vraisemblable' que tout autre pays démocratique aurait réagi de la même manière. 'L'image d'une Suisse à la stabilité légendaire' s'en trouve écornée.

Le Parlement aussi doit mieux appréhender ce qu'est la place financière helvétique, avec ses avantages et ses risques. La création d'une commission d'enquête parlementaire, actuellement discutée, pourrait permettre cela.

/ATS