Revue de presse du dimanche 18 novembre 2018

La double élection au Conseil fédéral du 5 décembre, mais aussi les notes de frais des fonctionnaires ...
Revue de presse du dimanche 18 novembre 2018

Revue de presse du dimanche 18 novembre 2018

Photo: KEYSTONE/PETER KLAUNZER

La double élection au Conseil fédéral du 5 décembre, mais aussi les notes de frais des fonctionnaires fédéraux et l'affaire Maudet font les titres de la presse dominicale suisse. Voici quelques-unes de ces informations non confirmées à Keystone-ATS:

Le Matin Dimanche/NZZ am Sonntag/SonntagsZeitung/Zentralschweiz am Sonntag/Ostschweiz am Sonntag/SonntagsBlick: La conseillère d'Etat uranaise, Heidi Z'graggen, désignée candidate officielle du PDC pour succéder à Doris Leuthard au Conseil fédéral aux côtés de la conseillère nationale Viola Amherd (VS), a lancé son offensive médiatique dans la presse dominicale. Beaucoup moins connue au Parlement fédéral que sa rivale haut-valaisanne, elle a donné des interviews à la NZZ am Sonntag, la SonntagsZeitung, le SonntagsBlick, Zentralschweiz am Sonntag et Ostschweiz am Sonntag. Se présentant comme une femme d'affaires, Mme Z'graggen accorde en même temps beaucoup d'importance à la protection de la nature et du paysage. Elle se montre critique sur le projet d'accord-cadre entre la Suisse et l'Union européenne et rejette le pacte de l'ONU sur les migrations.

Au plan sociétal, elle se dit favorable 'au mariage pour tous'. 'Je ne suis pas attachée à la conception classique gauche-droite, mais à la solution', explique l'enseignante et politologue de formation, âgée de 52 ans. La ministre uranaise est considérée comme une politicienne plutôt à droite de l'échiquier politique, contrairement à Mme Amherd, plutôt marquée à gauche. Cent vingt-quatre voix sont nécessaires pour être élu. L'UDC et le PLR disposent de 120 voix à l'Assemblée nationale.

Pour Le Matin Dimanche, la course au Conseil fédéral fait bâiller d'ennui, même si quatre candidats sont officiellement en lice après les départs annoncés de Mme Leuthard et du PLR Johann Schneider-Ammann. Le conseiller national Yves Nidegger (UDC/GE) explique dans le journal que ce manque de frisson incombe aux partis. 'Au PLR, c'est l'absence de concurrence pour (la présidente du Conseil des Etats, ndlr) Karin Keller-Sutter qui crée l'ennui et, du côté du PDC, c'est l'absence de candidats'.

SonntagsBlick: Les notes de frais des fonctionnaires fédéraux ont atteint 121,7 millions de francs l'an dernier, selon une enquête du SonntagsBlick. Il s'agit de frais de voyage, de repas, d'hébergement et de représentation. En tenant compte des 34'800 postes à plein temps que comptait l'administration fédérale en 2016, les dépenses se montent à presque 3500 francs par fonctionnaire. Les plus dépensiers se trouvent au Département fédéral de la défense (DDPS), avec une facture de 45,18 millions de francs. Suivent le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), avec 29,6 millions de francs, et le Département fédéral des finances (DFF), avec 18,6 millions. Les diplomates du DFAE et les représentants du Département fédéral de l'économie figurent parmi les employés fédéraux qui ont réalisé le plus de voyages, de missions économiques ou participé à des conférences internationales ou encore à des négociations.

Le Matin Dimanche: Le mensonge 'effronté' du conseiller d'Etat genevois Pierre Maudet sur son voyage controversé à Abou Dhabi n'est pas pardonnable, relève l'ancien conseiller aux Etats Dick Marty (PLR/TI) dans Le Matin Dimanche. 'S'il avait tout de suite (...) avoué qu'il avait commis une immense bêtise en assistant à ce grand prix de Formule 1 aux frais de quelqu'un qui a des intérêts dans le canton, ses électeurs, considérant ses qualités, lui auraient pardonné sa faute', explique l'ancien procureur du Tessin. Pierre Maudet est poursuivi pour acceptation d'un avantage. La même charge pèse à l'encontre de Patrick Baud-Lavigne, l'ancien bras droit du magistrat PLR, qui a également pris part au voyage aux Emirats arabes unis en 2015. Le directeur du service de police du commerce est pour sa part accusé d'abus d'autorité. Cette mise en prévention concerne la procédure qui a permis l'ouverture de L'Escobar, un bar lié aux promoteurs suspectés d'avoir organisé le voyage controversé du magistrat.

NZZ am Sonntag: L'ancienne procureure générale de la Confédération et du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) Carla Del Ponte s'en prend vertement aux Nations unies dans la NZZ am Sonntag. 'L'ONU est une grande déception pour moi', déclare la Tessinoise de 71 ans. Au cours de son travail d'enquêtrice spéciale en Syrie, elle a constaté que l'organisation, 'un salon de bavardage', parlait beaucoup. 'Il y a aussi beaucoup de fonctionnaires, beaucoup trop. Seuls quelques-uns travaillent vraiment', lance-t-elle, appelant à réformer l'ONU. Elle dresse un tableau tout aussi sombre de la justice internationale. 'Nous sommes tombés très bas. Les droits de l'homme ne s'appliquent plus', remarque-t-elle. Elle estime cependant qu'il faut continuer à la soutenir. 'Nous devons croire qu'un tribunal international indépendant peut rendre justice', dit-elle. Mme Del Ponte était la procureure en chef de l'ONU au TPIY et au TPI pour le Rwanda. Plus récemment, en 2012, elle s'est rendue en Syrie en tant qu'enquêtrice spéciale de l'ONU. En 2017, elle a démissionné de son poste pour protester contre l'inaction du Conseil de sécurité.

Le Matin Dimanche: Les taux d'intérêt négatifs vont perdurer en Suisse, avertit dans Le Matin Dimanche Andréa Maechler, la vice-président de la Banque nationale suisse (BNS). La banque centrale suisse 'ne chôme pas' actuellement, poursuit Mme Maechler, qui note que le franc suisse a retrouvé ces derniers mois son rôle de valeur-refuge. La BNS 'se bat contre le renchérissement du franc nourri par les incertitudes liées à la situation italienne et l'accord trouvé entre Bruxelles et la Grande-Bretagne sur le Brexit, qui semble fragile'. La vice-présidente de la BNS pointe également du doigt les tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis. 'Dans le contexte actuel, le taux d'intérêt négatif reste indispensable pour la Suisse', ajoute-t-elle.

NZZ am Sonntag: Le secteur bancaire n'est plus le plus attractif en Suisse en matière de salaires, rapporte la NZZ am Sonntag, qui se réfère à des données inédites de l'enquête de la Confédération sur la structure des salaires en 2016. Il est désormais dépassé par le secteur pharmaceutique. En 2016, les cadres supérieurs des banques recevaient un salaire brut moyen de 220'000 francs par an, soit 40'000 francs de moins qu'il y a dix ans. Dans le secteur pharmaceutique, la rémunération atteignait 280'000 francs. Au niveau des top managers des banques, le salaire moyen est passé de 660'000 à 530'000 francs, soit un montant inférieur d'un cinquième à celui versé par les entreprises pharmaceutiques et les assurances. 'Ce sont surtout les rémunérations variables et les bonus qui ont clairement diminué dans les banques', explique dans le journal le conseiller national Hans-Peter Portmann (PLR/ZH), vice-président de l'association zurichoise des banques. Pour les cadres moyens, l'Etat verse même dans certains cas des salaires plus élevés, remarque-t-il, soulignant qu'il s'agit d'une évolution saine.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus