Roche: commande du gouvernement américain pour les patients Covid

Roche, par le biais de son partenaire Regeneron, confirme mercredi que le gouvernement américain ...
Roche: commande du gouvernement américain pour les patients Covid

Roche: commande du gouvernement américain pour les patients Covid

Photo: KEYSTONE/URS FLUEELER

Roche, par le biais de son partenaire Regeneron, confirme mercredi que le gouvernement américain a passé une commande supplémentaire pour 1,25 million de doses de la combinaison casirivimab et imdevimab afin de traiter les patients atteints de Covid-19.

Cette commande, dont les aspects financiers ne sont pas dévoilés, porte à plus de 1,5 million le nombre d'unités qui seront livrées outre-Atlantique.

Ce cocktail d'anticorps a été autorisé aux Etats-Unis dans le cadre d'une procédure d'urgence pour les patients Covid-19 récemment diagnostiqués, à haut risque, mais qui ne sont pas hospitalisés, précise mercredi le géant pharmaceutique bâlois. Le traitement n'est autorisé que pour la durée de la déclaration de l'existence de circonstances justifiant l'autorisation de l'utilisation en urgence.

Dans le cadre du nouvel accord, le gouvernement américain achètera jusqu'à 1,25 million de doses finies de casirivimab et d'imdevimab d'ici au 30 juin 2021. Regeneron fournit le traitement pour environ 300'000 personnes, ce qui porte le potentiel d'achat total à plus de 1,5 million de doses aux États-Unis, selon le géant pharmaceutique bâlois.

'Le casirivimab et l'imdevimab seront d'une importance capitale pour aider à lutter contre la pandémie s'ils sont approuvés, et nous continuerons à travailler avec les autorités de réglementation et les gouvernements du monde entier pour faire parvenir le médicament au plus grand nombre de personnes possible', a déclaré Bill Anderson, directeur général de Roche Pharmaceuticals, la division pharma du géant rhénan, cité dans le communiqué.

Essais cliniques poursuivis ___

L'efficacité et la sécurité du casirivimab et de l'imdevimab continuent d'être évaluées dans le cadre d'essais cliniques pour le traitement du Covid-19 chez certains patients hospitalisés et non hospitalisés. Parmi les évaluations en cours figurent le test ouvert Recovery de patients hospitalisés au Royaume-Uni, ainsi qu'un autre en vue de la prévention de Covid-19 dans les contacts familiaux des personnes infectées.

Des doses plus faibles de casirivimab et d'imdevimab sont également à l'étude dans le but d'augmenter l'offre et d'apporter la thérapie à un plus grand nombre de patients. À ce jour, près de 15'000 personnes ont participé à des essais cliniques sur le cocktail de Regeneron.

Roche collabore avec Regeneron pour augmenter l'offre mondiale de casirivimab et d'imdevimab, dans le but de disposer de plus de 2 millions de doses de traitement par an. Regeneron est responsable du développement et de la distribution du traitement aux États-Unis. Roche assume ces tâches en dehors des États-Unis et oeuvre à la signature avec des gouvernements d'éventuels accords d'approvisionnement.

Roche souligne vouloir s'engager avec son partenaire à mettre le cocktail d'anticorps à la disposition des patients atteints de Covid-19 dans le monde entier, s'il est approuvé, et à en favoriser l'accès dans les pays à revenu faible et moyen inférieur par des dons de médicaments à effectuer en partenariat avec des organismes de santé publique.

L'Agence américaine des médicaments (FDA) avait accordé fin novembre en urgence une autorisation au traitement aux anticorps de Regeneron, des tests ayant démontré que son administration réduisait les hospitalisations liées au Covid-19 ou les consultations aux urgences chez les patients présentant des maladies secondaires ou 'comorbidités'. Début octobre, le président américain Donald Trump avait reçu ce cocktail d'anticorps qu'il avait largement vanté après son rétablissement.

Ces anticorps imitent ce que le système immunitaire fait après la contamination par le coronavirus, en allant bloquer la pointe du virus qui lui permet de s'attacher aux cellules humaines et de les pénétrer. Il est considéré comme plus efficace pendant la phase initiale de l'infection, quand les anticorps ont encore une chance de maîtriser l'envahisseur, et non pendant la deuxième phase du Covid-19, quand le danger n'est plus le virus lui-même mais la surréaction du système immunitaire qui s'attaque aux poumons et à d'autres organes.

Le traitement aux anticorps de Regeneron a constitué le deuxième traitement aux anticorps synthétiques à recevoir une 'autorisation pour une utilisation en urgence' (EUA) de la FDA. Une thérapie similaire développée par la société américaine Eli Lilly avait déjà obtenu ce statut le 9 novembre.

Regeneron a reçu plus de 450 millions de dollars du gouvernement américain pour ses efforts de développement de médicaments contre le Covid-19.

/ATS