Salaires dans la construction: Unia et Syna lancent la campagne

Alors que la branche de la construction se porte bien, les salaires minimums sont restés inchangés ...
Salaires dans la construction: Unia et Syna lancent la campagne

Salaires dans la construction: Unia et Syna lancent la campagne

Photo: Keystone

Alors que la branche de la construction se porte bien, les salaires minimums sont restés inchangés depuis 2014 et aucun accord salarial n'est en vue dans les négociations en cours, dénoncent Unia et Syna. Une manifestation est prévue samedi à Olten (SO) et à Lausanne.

Une hausse de salaire 'justifiée et urgente' s'impose pour préserver le pouvoir d'achat, estiment vendredi Unia et Syna dans un communiqué. Les maçons revendiquent ainsi 150 francs de plus de pouvoir d'achat pour tout le monde sur deux ans, une participation patronale aux primes des caisses-maladie et une hausse des indemnités pour le repas de midi.

Les loyers augmentent, les primes d'assurance-maladie explosent et le renchérissement est à nouveau à la hausse, constatent les syndicats. Or, 'cette évolution touche beaucoup plus durement les familles à bas revenus', souligne Guido Schluep, responsable de la branche de la construction chez Syna.

Hausse des cadences

La branche de la construction est pourtant en plein essor depuis des années: les carnets de commandes sont pleins et le chiffre d’affaires des entreprises bondit. Or, le nombre d'emplois fixes a reculé, constatent Unia et Syna. 'Les pressions, la cadence et l'intensité du travail ont massivement augmenté', explique Nico Lutz, responsable du secteur de la construction chez Unia.

Les syndicats espèrent donc que les maçons bénéficient eux aussi de la bonne marche des affaires. D'autant plus qu'ils effectuent un métier pénible et dangereux. Un salarié sur cinq est victime d'un accident de chantier chaque année, rappellent les deux syndicats.

Selon eux, une entreprise du bâtiment affichait en 2015 un bénéfice de 9000 francs par ouvrier en moyenne, après déduction des coûts - salaires, investissements dans les machines de chantier, frais de matériel. Un employeur réaliserait encore 7000 francs de bénéfice par ouvrier de chantier avec une augmentation de salaire de 150 francs par mois.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus