Soupçons d'angine du cheval au Centre vétérinaire de l'armée

Plusieurs chevaux du Centre de compétences vétérinaire de l'armée à Schönbühl, près de Berne ...
Soupçons d'angine du cheval au Centre vétérinaire de l'armée

Soupçons d'angine du cheval au Centre vétérinaire de l'armée

Photo: Keystone

Plusieurs chevaux du Centre de compétences vétérinaire de l'armée à Schönbühl, près de Berne, sont soupçonnés d'être atteints de gourme. C'est là que jeudi dernier les 93 chevaux présumés maltraités de Hefenhofen (TG) ont été vendus.

Les résultats des analyses sont encore attendus, a indiqué lundi soir le commandant Jürg Liechti lors de l'émission 'Schweiz aktuell' de la SRF. Ils devraient arriver dans la deuxième moitié de la semaine.

Jürg Liechti n'exclut pas que la transmission de la maladie se soit faite par les chevaux de Hefenhofen qui ont séjourné près d'une semaine au centre. Mais elle pourrait également venir des propres chevaux du centre ou avoir été introduite via un visiteur. En tout, 93 chevaux avaient été transférés de la ferme d'Hefenhofen au Centre de compétences vétérinaire de l'armée à Berne, avant d'être tous vendus.

Christoph Saner, un éleveur qui a acheté aux enchères l'étalon de la race franches-montagnes 'Charly', a indiqué lors de l'émission craindre que la totalité de ses 70 chevaux franches-montagnes soient infectés par la gourme. Tous les propriétaires d'animaux, qui ont acquis un cheval lors de la vente aux enchères, seront informés de l'éventualité d'une contamination, selon l'émission.

Mortalité faible

La gourme est aussi appelée angine du cheval. C'est une maladie contagieuse des équidés causée par un streptocoque. Elle touche plus sévèrement les animaux de moins de 5 ans ou de plus de 20 ans. La transmission se fait par contact direct d’un cheval avec un autre ou par contact avec du matériel contaminé. Il existe un vaccin préventif.

Les symptômes se manifestent de deux à six jours après la contamination. Le pourcentage de chevaux malades dans une même écurie peut être très élevé (près de 100%), mais la mortalité est faible. Le taux de complication est autour de 20%.

/ATS
 

Actualités suivantes