Sous pression financière, Provins prend des mesures

Provins vit une période de turbulences financières et veut pouvoir limiter la quantité de raisins ...
Sous pression financière, Provins prend des mesures

Sous pression financière, Provins prend des mesures

Photo: KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

Provins vit une période de turbulences financières et veut pouvoir limiter la quantité de raisins livrés par ses sociétaires. Cette modification statutaire, qui ne serait utilisée 'qu'en cas de nécessité', sera soumise à l'assemblée générale le 12 décembre.

Actuellement, les sociétaires de Provins ont l'obligation de livrer la totalité de leur vendange à la cave valaisanne. Si l'assemblée générale accepte de modifier l'article 9 datant de 1930, Provins se réservera alors le droit 'de limiter les quantités achetées en vertu des critères de qualité, des conditions du marché et des directives émises par elle'.

Cette limitation ne serait appliquée qu'en cas 'd'absolue nécessité lors de fluctuations de récolte', a affirmé devant la presse réunie à Sion Raphaël Garcia, directeur général de Provins. Les sociétaires seraient avertis au début de l'été des rendements attendus pour qu'ils puissent adapter leur production dans certains cépages. Délivrés de leur obligation de livrer la totalité de leur vendange à la coopérative, ils seraient libres de vendre ailleurs.

Provins entend ainsi se donner la possibilité d'adapter son encavage et sa production à la demande de ses clients. 'Nous voulons donner à Provins les mêmes outils que n'importe quel acteur du marché', a souligné Raphaël Garcia. 'Nous devons agir, c'est une responsabilité sociale', a renchéri Léonard Perraudin, président du conseil d'administration de la coopérative valaisanne.

Si elle est acceptée, la modification statutaire entrerait en vigueur dès la prochaine vendange, en 2020, mais ne serait pas forcément appliquée cette année-là. Délivrés de leur obligation de livrer la totalité de leur vendange à la coopérative, les sociétaires seraient aussi libres de vendre ailleurs.

Vive concurrence

Cette modification statutaire intervient dans un contexte particulier, a expliqué Raphaël Garcia: Les vins issus notamment des petites récoltes de 2013, 2014 et 2015 ont facilement été vendus mais ont entraîné des pertes régulières de parts de marché.

Lorsque les vins de la généreuse récolte de 2018 sont arrivés, ils se sont heurtés à un marché en baisse et à un ralentissement des commandes de la grande distribution. La vive concurrence des vins étrangers et la dégradation de l'écoulement des vins sur le marché ont entraîné une augmentation des stocks.

Pas de plan B

Si l'assemblée générale refuse la modification statutaire, Provins n'a pas de plan B. Il s'agira de remettre l'ouvrage sur le métier, résume Léonard Perraudin.

La transformation de la coopérative en société anonyme sera évoquée lors de l'assemblée générale. L'idée n'est pas nouvelle. 'Elle revient à chaque fois que Provins traverse une période de turbulences et disparaît dès que les conditions deviennent plus favorables', a noté Raphaël Garcia

La part de marché des vins suisses sur le marché national ne cesse de diminuer. Elle atteint aujourd'hui 35% de la consommation globale de vin. En septembre dernier, les cantons viticoles romands ont prié le conseiller fédéral Guy Parmelin de mettre sur pied une campagne de promotion des vins suisses.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus