Stadler laisse le choc du franc derrière lui

Stadler Rail a laissé le choc du franc derrière lui. Le fabricant thurgovien de matériel ferroviaire ...
Stadler laisse le choc du franc derrière lui

Stadler laisse le choc du franc derrière lui

Photo: KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER

Stadler Rail a laissé le choc du franc derrière lui. Le fabricant thurgovien de matériel ferroviaire a vu son chiffre d'affaires bondir de 14% en 2017, année anniversaire de ses 75 ans.

A 2,4 milliards de francs, les ventes ont renoué avec leur niveau d'avant l'abandon du taux plancher par la Banque nationale suisse (BNS) en 2015.

Grâce à un carnet de commandes bien rempli, Stadler devrait poursuivre sa croissance de manière solide. D'ici 2020, la société de l'ex-conseiller national UDC Peter Spuhler table sur des ventes de 3,9 milliards.

Une nouvelle page de l'histoire de l'entreprise s'est tourné en 2017, alors que la société avait fortement souffert de l'abandon du taux plancher de 1,20 franc pour 1 euro, ont assuré les responsables de la firme devant la presse rassemblée à son siège de Bussnang.

Crise surmontée

En 2015, les ventes avaient chuté à 1,8 milliard, après s'être établies 1,9 milliard en 2014 et 2,5 milliards en 2013. Les mesures stratégiques mises en oeuvre ont produit leurs effets: Stadler a réussi à surmonter la crise sans licenciement ni chômage partiel.

Dès 2016, un début de reprise s'était manifesté et Stadler avait enregistré des entrées de commandes de 4,9 milliards, un niveau sans précédent. En 2017, les entrées de commandes se sont inscrites à 3,5 milliards.

D'importants contrats apporteront une contribution significative aux ventes dans le futur, à l'instar de la commande de 58 rames Flirt en Angleterre ou de 52 rames par Merseytravel, société exploitant le métro de Liverpool.

Progression des effectifs

L'amélioration des activités s'est aussi reflétée dans les effectifs. Le nombre de collaborateurs a augmenté d'environ 300 pour atteindre un total de 7600, dont 3100 en Suisse. Stadler est une société en mains familiales et ne dévoile pas d'informations quant à sa rentabilité.

Début 2018, le patron Peter Spuhler a abandonné la direction opérationnelle, alors qu'il a cumulé pendant une trentaine d'année les fonctions de directeur général et président du conseil d'administration. Thomas Ahlburg, de longue date à ses côtés, a été appelé pour le remplacer.

En tant que propriétaire et président du conseil d'administration, M. Spuhler souhaite se concentrer sur l'orientation stratégique. M. Ahlburg se consacrera de son côté au développement des produits et de l'entreprise, a précisé Stadler.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus