Sunrise lance une salve contre Freenet, qui bloque la reprise d'UPC

Sunrise dégaine l'artillerie lourde à l'encontre de son actionnaire de référence Freenet, qui ...
Sunrise lance une salve contre Freenet, qui bloque la reprise d'UPC

Sunrise lance une salve contre Freenet, qui bloque la reprise d'UPC

Photo: KEYSTONE/ENNIO LEANZA

Sunrise dégaine l'artillerie lourde à l'encontre de son actionnaire de référence Freenet, qui fort d'une participation de près d'un quart bloque le projet de reprise d'UPC.

L'opérateur de télécommunications zurichois reproche notamment à son homologue allemand de ne poursuivre que ses propres intérêts à court terme et de vouloir se décharger sur lui d'un partie du lourd fardeau de sa dette.

Dans un communiqué au vitriol diffusé jeudi, Sunrise accuse directement l'organe de surveillance de Freenet d'être en proie à un conflit d'intérêts. Fort de ce constat, le conseil d'administration de Sunrise a décidé d'exclure les représentants de Freenet des délibérations en cours autour du rapprochement avec le câblo-opérateur désormais diversifié.

L'organe de surveillance rappelle que le groupe allemand souhaite - de son propre aveu - vendre ses parts dans Sunrise afin de redresser sa propre situation financière, quand bien même les dividendes versé par l'opérateur helvétique représentent plus de 15% de son flux annuel de trésorerie disponible.

L'organe de surveillance dénonce de surcroît la proposition 'inappropriée et illégale' de Freenet de conditionner son soutien à une reprise d'UPC Suisse à un rachat par Sunrise ou par Liberty Global d'une portion substantielle de sa participation, avec une prime sur le cours du titre.

Enquête interne

Une enquête interne a été lancée à l'encontre des représentants de Freenet au conseil pour déterminer si ceux-ci ont violé leurs devoirs fiduciaires, en matière de confidentialité notamment.

Sunrise recommande conséquemment à ses actionnaires minoritaires de considérer les proposition de Freenet 'avec le scepticisme qui s'impose' et de tenir compte de l'attitude égoïste de cet actionnaire au moment de se prononcer sur l'acquisition d'UPC Suisse.

Pour rappel, le plan de rachat, annoncé en début d'année, prévoit la reprise d'UPC Suisse - filiale à 100% de Liberty Global - par Sunrise pour 6,3 milliards de francs. Dans le cadre du financement de la transaction, Sunrise a prévu une augmentation de capital de 4,1 milliards, contre laquelle Freenet a manifesté sa vive opposition dès le début.

Freenet s'est fendu en date du 16 août d'un plaidoyer public contre cette transaction, à moins que l'augmentation de capital ne dépasse pas le milliard de francs.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus