Tessin: le secteur de la construction asphyxié par l'inflation

L'augmentation vertigineuse du prix de certains matériaux de construction se traduit par des ...
Tessin: le secteur de la construction asphyxié par l'inflation

Tessin: le secteur de la construction asphyxié par l'inflation

Photo: KEYSTONE/TI-PRESS/DAVIDE AGOSTA

L'augmentation vertigineuse du prix de certains matériaux de construction se traduit par des surcoûts de nature à mettre en péril certains chantiers au sud des Alpes, s'émeut la section tessinoise de la Société suisse des entrepreneurs (SSE).

Soulignant le caractère singulier du contexte actuel provoqué par le conflit russo-ukrainien, la faîtière du canton italophone signale dans un communiqué une détérioration de la situation du fait de la flambée des prix de l'énergie et de divers matériaux essentiels à la construction, comme l'acier d'armature, les panneaux de bois, les tuyaux en plastique et autres dérivés du pétrole.

'Ces augmentations, désormais de l'ordre de 40 à 60% par rapport aux prix pratiqués il y a quelques mois, mettent en grave difficulté les entreprises de construction qui peinent à faire reconnaître ces augmentations comme extraordinaires' par les mandataires, y compris dans le cadre de marchés publics.

Selon la SSE, le premier problème, surtout pour les contrats souscrits depuis un certain temps qui sont encore en cours de réalisation, consiste à faire reconnaître aux clients que la situation actuelle n'a 'rien à voir avec le risque d'entreprise normal' et appelle à faire preuve de 'bon sens, objectivité et transparence' pour évaluer les surcoûts.

Le second problème concerne l'approvisionnement en matériaux de construction. L'association révèle que plusieurs fournisseurs locaux ont signalé à leurs clients des difficultés à obtenir de l'acier du fait de la suspension des livraisons en provenance d'Ukraine et de Russie, avec un allongement des délais susceptible de mettre à l'arrêt plusieurs chantiers dans le canton 'dans les semaines à venir' pour éviter de devoir recourir au chômage partiel.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus