Transports publics: une campagne pour diminuer le nombre d'accidents

L'an dernier, les transports publics ont été le théâtre de 167 accidents graves, dix de plus ...
Transports publics: une campagne pour diminuer le nombre d'accidents

Transports publics: une campagne pour diminuer le nombre d'accidents graves

Photo: KEYSTONE/MARTIN RUETSCHI

L'an dernier, les transports publics ont été le théâtre de 167 accidents graves, onze de plus qu'en 2016. Pour diminuer ce nombre et améliorer la sécurité, la Confédération, les CFF et le bureau de prévention des accidents ont lancé une campagne de prévention.

Intitulée 'Happy End', celle-ci consiste en trois vidéos illustrant les accidents typiques et le comportement correct à adopter afin de les éviter, explique l'Office fédéral des transports (OFT) vendredi dans un communiqué. L'objectif est de maintenir un niveau de sécurité élevé dans les transports publics, voire de l'améliorer.

L'an dernier, 167 accidents graves ont fait des morts, des blessés graves ou d'importants dégâts matériels dans les transports publics, selon le rapport de sécurité 2017 de l'OFT, également publié vendredi. Il s'agit du second chiffre le plus bas depuis que l'OFT diffuse ce document, soit en onze ans.

Le nombre d'accidents graves n'a été inférieur qu'en 2016 (156). Le rail arrive en tête avec 82 accidents, devant les bus (42), trams (35), téléphériques (4), trains à crémaillère (2), bateaux (1) et funiculaires (1).

Plus de blessés graves

En revanche, le nombre de blessés graves dans les transports publics a passablement augmenté en une année, de 97 à 135. Ce chiffre se portait à 124 en 2015 et 149 en 2014. Environ la moitié des accidents graves sont dus à la distraction, l'insouciance ou l'inattention.

Très peu de changement en ce qui concerne le nombre de tués, qui se monte à 30 (29 en 2016). La plupart des personnes décédées (21) avaient pénétré sur les installations ferroviaires sans autorisation. Douze ont été happées ou écrasées par un train. Trois ont été électrocutées.

Le train n'est pas le seul à faire des victimes: neuf personnes ont péri dans des accidents impliquant des trams ou des bus, soit une de plus qu'en 2016.

La Suisse peut faire mieux

En comparaison internationale, les chemins de fer suisses peuvent faire mieux concernant les accidents à proximité des voies. Ceux-ci surviennent parce que les voyageurs se tiennent trop près des voies ou les traversent sans autorisation.

Forte de ce constat, la campagne de prévention doit inciter les usagers des transports publics et les acteurs du trafic à être attentifs et à respecter les règles.

Les vidéos de prévention soulignent ainsi l'importance de respecter les lignes blanches de sécurité sur les quais des gares, de ne pas traverser les voies ferrées et de se tenir aux poignées ou aux barres en voyageant debout dans les transports en commun.

www.happy-end.ch

/ATS