Un chantier titanesque pour un nouveau centre de tri des bagages

Genève Aéroport investit 270 millions de francs pour construire un nouveau centre logistique ...
Un chantier titanesque pour un nouveau centre de tri des bagages

Un chantier titanesque pour un nouveau centre de tri des bagages

Photo: KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

Genève Aéroport investit 270 millions de francs pour construire un nouveau centre logistique de tri des bagages qui sera opérationnel fin 2022. La cérémonie de la première pierre de cet énorme chantier a eu lieu jeudi matin.

Lancé en avril dernier, ce chantier est d'une grande complexité, a relevé devant la presse Serge Dal Busco, ministre de tutelle de Genève Aéroport. Les ouvriers doivent travailler en maintenant en exploitation le système actuel de tri des bagages et toutes les opérations sur la plate-forme. Au total, 41 entreprises travaillent sur ce chantier, dont 30 genevoises.

Le planning doit être impérativement tenu afin que l'installation respecte les nouvelles exigences européennes pour le contrôle des bagages de soutes, a relevé André Schneider, directeur général de Genève Aéroport. Il s'agit notamment de remplacer les scanners à deux dimensions par des scanners à trois dimensions.

Le système actuel, dont les premiers éléments ont été installés entre 1980 et 1990 par l'ex-compagnie Swissair, arrive en bout de course. Ce système qui fonctionne seize heures par jour nécessite beaucoup de maintenance. Les pièces de rechange vont être de plus en plus difficiles à trouver, a souligné M.Schneider.

Un tunnel sous le tarmac

Le nouveau centre qui comprend 13,5 kilomètres de tapis roulants pourra trier 5'200 bagages par heure, soit nettement plus que les 2'750 actuels. Il permettra aussi de réunir le trieur principal qui traite actuellement 70% des bagages avec l'autre trieur. A noter également, une nouvelle fonction qui permettra d'enregistrer les bagages en avance. Ces derniers seront stockés dans un tunnel de 225 de long creusé sous le tarmac.

Ce chantier permet aussi à Genève Aéroport de prendre des mesures pour maîtriser son empreinte écologique. Au total, cent sondes géothermiques sont prévues, 1'100 m2 de panneaux solaires seront posés sur le toit du nouveau bâtiment et 7'718 m2 de toitures seront végétalisées. Le raccordement au réseau de chauffage et de refroidissement à distance Genilac fait aussi partie de ces mesures.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus