Une alimentation plus saine dans les écoles fribourgeoises

Les élèves fribourgeois profiteront d'une alimentation plus saine. Le Grand Conseil a décidé ...
Une alimentation plus saine dans les écoles fribourgeoises

Une alimentation plus saine dans les écoles fribourgeoises

Photo: KEYSTONE/EPA/JUSTIN LANE

Les élèves fribourgeois profiteront d'une alimentation plus saine. Le Grand Conseil a décidé mercredi d'interdire ou de limiter la vente de sodas et de barres chocolatés dans les distributeurs et restaurants scolaires du canton.

La décision constituait l'un des points de la modification de la loi sur la scolarité obligatoire et la loi sur la pédagogie, votée mercredi par le législatif cantonal par 92 voix pour, sans opposition et une abstention. Elle vient concrétiser une motion socialiste acceptée l'an dernier par les députés fribourgeois.

Le point représentait le volet 'santé' de la révision de ces textes. Il obligera en conséquence les communes et les directions d’établissement à proposer une alimentation plus saine à leurs élèves, en leur épargnant les boissons et autres aliments trop sucrés.

Davantage d'élèves

A noter que la motion, déposée à l'époque par deux députés socialistes, ne visait initialement que les élèves du degré secondaire. Elle concernera finalement tous les établissements scolaires du canton.

Les débats ont suscité nombre d'interventions, dont celle du député PLR Jean-Daniel Schumacher, qui s'est demandé comment définir au mieux ce qui était trop sucré, en particulier 'hypersucré'. Ce médecin a proposé un amendement pour limiter l'interdiction aux aliments dont la teneur en sucre n'est pas clairement identifiable.

Bombes calorifiques

La démarche, jugée trop compliquée en première lecture, a finalement passé la rampe en deuxième lecture, après reformulation de l'article incriminé. Globalement, la mesure votée par le Grand Conseil vise à combattre le surpoids et l'obésité, un phénomène qui touche 16,4% des élèves en Suisse, sur la base de chiffres de 2017, en légère baisse.

Des études montrent par ailleurs que la plupart des jeunes consomment encore des boissons sucrées. Et ce malgré toutes les campagnes qui stigmatisent leur dimension de 'bombes calorifiques'.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus