VonRoll Infratec prévoit de supprimer jusqu'à 60 postes à Choindez

VonRoll Infratec envisage de supprimer de 30 à 60 emplois sur le site de Choindez (JU). Son ...
VonRoll Infratec prévoit de supprimer jusqu'à 60 postes à Choindez

VonRoll Infratec prévoit de supprimer jusqu'à 60 postes à Choindez

Photo: KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER

VonRoll Infratec envisage de supprimer de 30 à 60 emplois sur le site de Choindez (JU). Son projet de restructuration prévoit la fermeture de la fonderie. Le site qui fabrique notamment des tuyaux emploie actuellement 94 personnes.

'La restructuration est nécessaire en raison de la situation enclavée dans la vallée et la Birse qui ne permet pas une expansion de l'usine', a indiqué lundi à AWP un porte-parole du groupe, confirmant les informations du quotidien 20 Minutes.

La fonderie par centrifugation est touchée par cette mesure, tandis que l'activité de revêtement de surface, la logistique ainsi que la production des tricycles électriques restent à Choindez. La société évalue par contre si le moulage manuel sera poursuivi sur le site jurassien.

Le site de production de Choindez, situé entre Moutier (BE) et Delémont, emploie actuellement 94 personnes, toutes activités confondues. Parmi elles, huit apprentis qui poursuivront leur formation au sein du groupe à Delémont.

Procédure de consultation

'Le canton du Jura a été informé la semaine dernière de l'ouverture d'une procédure de consultation en vue d'un licenciement collectif éventuel', a indiqué lundi à Keystone-ATS Claude-Henri Schaller, chef du service de l'économie et de l'emploi. Le canton n'a pas d'information concernant l'ampleur des licenciements.

La phase de consultation s'achèvera à la fin du mois d'août et c'est à ce moment que le service de l'économie et de l'emploi connaîtra l'ampleur de la restructuration. D'ici là, l'Etat n'interviendra pas dans la procédure qui permet au personnel de formuler des propositions pour réduire les suppressions d'emplois.

Unia Transjurane a été informé lundi de la fermeture de la fonderie, a indiqué Michele De Bonis, responsable médias et communication. Le syndicat entend réunir prochainement les ouvriers et obtenir davantage d'informations sur cette restructuration.

Patrimoine industriel

Avec la fermeture annoncée de la fonderie de Choindez, c'est un site emblématique de l'industrie jurassienne qui disparaît. C'est le 7 septembre 1846, que le nouveau haut-fourneau est allumé, relève la chronologie jurassienne de l'époque romaine à nos jours. En 1922, plus de 700 ouvriers travaillaient à Choindez.

/ATS
 

Actualités suivantes