WEF: la Suisse recule au 10e rang sur la compétitivité touristique

La Suisse recule dans l'indice sur la compétitivité touristique du Forum économique mondial ...
WEF: la Suisse recule au 10e rang sur la compétitivité touristique

WEF: la Suisse recule au 10e rang sur la compétitivité touristique

Photo: KEYSTONE/URS FLUEELER

La Suisse recule dans l'indice sur la compétitivité touristique du Forum économique mondial (WEF), pour s'établir à la 10e place. Dans un rapport, l'organisation estime que la branche dans le monde devrait retrouver cette année son activité d'avant la pandémie.

Dans l'indice, la Suisse retrouve son rang d'il y a cinq ans. Pendant la pandémie, elle avait mieux résisté que d'autres, arrivant en sixième place en 2021.

Elle reste parmi les premiers sur des questions comme l'environnement des affaires, le marché du travail, les infrastructures, qu'elles soient aériennes, terrestres et portuaires, ou la durabilité environnementale. En revanche, gros problème toujours pour elle, elle est encore moins compétitive sur les prix qu'auparavant.

Dans l'indice, les Etats-Unis devancent l'Espagne et le Japon. Le Moyen-Orient et l'Afrique subsaharienne arrivent en tête des taux de reprise des arrivées de touristes internationaux. Et les pays en développement ont avancé de leur côté, la Chine entrant pour la première fois dans les dix premiers.

Parmi les défis, la branche fait face aux incertitudes politiques, aux problèmes de durabilité et au manque de main d'oeuvre. L'augmentation de la demande et la levée des dernières restrictions liées à la pandémie devraient permettre à celle-ci de retrouver une part dans le Produit intérieur brut (PIB) similaire à celle d'avant le coronavirus.

L'année dernière, l'Europe, l'Afrique et le continent américain ont déjà atteint 90% de ce volume. Parmi les 30 premiers, environ 90% sont des pays riches et deux tiers se trouvent sur le continent européen. Et le WEF appelle à investir davantage pour une progression économique durable dans cette activité, notamment pour valoriser les ressources naturelles et réduire le décalage entre pays riches et en développement.

/ATS
 

Actualités suivantes