Washington somme Boeing de modifier son 737 MAX sans l'immobiliser

Les Etats-Unis vont obliger Boeing à procéder à des modifications du 737 MAX 8 et du 737 MAX ...
Washington somme Boeing de modifier son 737 MAX sans l'immobiliser

Washington somme Boeing de modifier son 737 MAX sans l'immobiliser

Photo: KEYSTONE/AP/TED S. WARREN

Les Etats-Unis vont obliger Boeing à procéder à des modifications du 737 MAX 8 et du 737 MAX 9 mais ne vont pas clouer ses avions au sol contrairement à d'autres pays comme la Chine, l'Indonésie et Singapour et diverses compagnies aériennes.

L'agence fédérale de l'aviation (FAA), un des principaux régulateurs du transport aérien, a demandé à l'avionneur américain d'effectuer les changements 'au plus tard en avril' sur des logiciels et sur le système de contrôle MCAS conçus pour éviter les décrochages. Boeing doit également actualiser le manuel destiné à la formation des pilotes. Un 737 MAX 8 de la compagnie Ethiopian Airlines s'est écrasé dimanche au sud-est d'Addis Abeba peu après le décollage, tuant les 157 passagers et membres d'équipage.

Dans la foulée de cet accident, la Chine, l'Indonésie, la Corée du Sud et la Mongolie ont décidé d'immobiliser tous les avions de ce type, de même que les compagnies Ethiopian Airlines, Cayman Airways et la sud-africaine Comair. Les pilotes de la compagnie argentine Aerolineas Argentinas ont eux refusé de voler à bord de ce type d'appareils.

Les compagnies aériennes mexicaine Aeromexico et brésilienne Gol ont aussi annoncé lundi l'immobilisation de leurs Boeing 737 MAX 8. Le régulateur de l'aviation civile de Singapour a fait de même mardi. Les compagnies concernée par l'annonce de Singapour sont SilkAir, la filiale régionale de Singapore Airlines, ainsi que China Southern Airlines, Garuda Indonesia, Shandong Airlines et Thai Lion Air, qui opèrent aussi leurs appareils Boeing 737 MAX via Singapour.

C'est un autre exemplaire de ce modèle, version remotorisée du 737, qui s'était abîmé en mer en Indonésie en octobre, entraînant la mort des 189 personnes à bord, là aussi quelques minutes après le décollage.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus