Amy Winehouse avait 4,16 grammes d'alcool dans le sang à sa mort

L'enquête sur le décès en juillet dernier de la chanteuse britannique Amy Winehouse a conclu mercredi à une "mort accidentelle". Les investigations confirment l'hypothèse d'un "stop and go", une absorption massive d'alcool après une période d'abstinence.Elle avait consommé 416 mg par décilitre de sang. La "conséquence non intentionnelle, à un tel niveau, a été sa mort soudaine et accidentelle", a jugé Suzanne Greenway, responsable de l'enquête. Un tel taux d'alcoolémie correspond à cinq fois la limite déterminant une conduite en état d'ébriété. /SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes