L'oeuvre d'art la plus chère du monde est un triptyque de Bacon

Un triptyque du peintre britannique Francis Bacon consacré à Lucian Freud a été adjugé pour 142,4 millions de dollars (131 millions de francs) à New York. Il est ainsi devenu l'oeuvre d'art la plus chère jamais vendue aux enchères, a annoncé Christie's.

Accueillie par de vifs applaudissements dans la salle, cette vente écrase le précédent record de 119,9 millions de dollars décroché en mai 2012 pour la célèbre peinture "Le Cri" de l'artiste norvégien Edvard Munch. L'acquéreur est la galerie new-yorkaise Acquavella, qui a toutefois peut-être uniquement servi d'intermédiaire.

Le précédent record pour une peinture de Bacon était de 86 millions de dollars en 2008. Avant la vente, Christie's avait décrit l'oeuvre comme "une icône de l'art du XXe siècle".

Panneaux séparés

Le rare triptyque est la vente individuelle la plus chère réalisée durant toute la saison des enchères de novembre à New York. L'oeuvre du peintre britannique, mort en 1992, avait été estimée à 85 millions de dollars.

Ce triptyque de Bacon n'avait jamais été mis sur le marché auparavant. Ses trois panneaux ont été séparés pendant quinze ans avant d'être réunis, a précisé Christie's.

L'oeuvre représente Lucian Freud assis sur une chaise, vu de face et de côté. Il n'existe qu'un autre triptyque complet de Bacon représentant le petit-fils du fondateur de la psychanalyse Sigmund Freud, selon la maison de ventes.

Autre record

Juste après la mise aux enchères de l'oeuvre de Bacon, Christie's a décroché un autre record - pour la vente d'une oeuvre d'un artiste encore en vie cette fois-ci - avec la vente de la sculpture géante orange de chien "Balloon Dog" de Jeff Koons. Elle a été adjugée pour 58,4 millions de dollars.

La pièce est l'une des cinq sculptures de la sorte de différentes couleurs réalisées par l'artiste américain. Le record précédent pour une oeuvre de Koons était de 33,7 millions de dollars.

Le marché d'art contemporain qui connaît une flambée des prix, avec l'arrivée de nouveaux collectionneurs recherchant le meilleur. Des milliardaires venus d'Asie, de Chine, du Golfe, d'Amérique latine ou encore de Russie.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus