Festival de Cannes: Palme d'Or pour le Turc Nuri Bilge Ceylan

Le film turc "Winter sleep", huis-clos psychologique de 3h16 se déroulant dans un village d'Anatolie, a remporté la Palme d'or du 67e Festival de Cannes. Le palmarès récompense aussi Jean-Luc Godard et une coproduction suisse, "Les Merveilles".

Le réalisateur Nuri Bilge Ceylan a dédié sa Palme d'Or à la jeunesse de son pays, "à celles et ceux qui ont perdu la vie pendant l'année qui s'est écoulée". Son pays connaît depuis un an de violentes manifestations anti-gouvernementales.

Pour "Winter Sleep", le cinéaste installe sa caméra dans un petit village de Cappadoce aux habitations troglodytes. Avec l'hiver, l'hôtel d'Aydin est quasi-désert. Cet ancien acteur ayant atteint la soixantaine se retrouve seul face à sa jeune femme et sa soeur divorcée. Deux femmes qui vont démonter minutieusement l'image d'intellectuel éclairé qu'il se donne.

"J'ai eu peur quand j'ai vu que c'était un film de 3h", a expliqué à la presse la présidente du jury Jane Campion. Mais "c'est un film au rythme merveilleux, vraiment maîtrisé et sophistiqué".

Logiques prix d'interprétation

Les prix d'interprétation sont logiquement revenus à l'Américaine Julianne Moore pour son rôle d'actrice hollywoodienne hystérique dans "Maps to the stars", du Canadien David Cronenberg et au Britannique Timothy Spall pour "Mr Turner", de Mike Leigh. Spall y incarne le peintre anglais maître de la lumière, dévoré par son art.

Le Grand Prix, considéré comme une Palme d'or bis, est revenu à "Le meraviglie" ("Les Merveilles") de la jeune Italienne Alice Rohrwacher, 32 ans. Cette coproduction italo-germano-suisse raconte comment l'irruption d'un jeune délinquant et d'une émission télévisée change la vie d'un couple d'apiculteurs en quête de pureté.

Le benjamin et le vétéran

Le plus jeune lauréat était cependant le Québécois Xavier Dolan, 25 ans, qualifié de "véritable génie" par Jane Campion. Le jeune prodige a été récompensé du prix du jury pour "Mommy" dans lequel Diane, veuve exubérante au langage fleuri, hérite de la garde de son fils, un adolescent blond bipolaire, impulsif et violent.

Le benjamin Dolan partage son prix avec le vétéran de la compétition, le Franco-Suisse Jean-Luc Godard, 83 ans, récompensé pour l'énigmatique "Adieu au langage". C'est la première fois que Cannes accorde un prix à la légende de la Nouvelle vague. L'ermite de Rolle a toutefois refusé de se déplacer sur la Croisette.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes