Après New York en 2001, Al-Qaïda voulait attaquer Londres

Après le World Trade Center le 11 septembre 2001, aux Etats-Unis, Al-Qaïda voulait s'en prendre dans les semaines suivantes à Londres. Le quartier d'affaires de Canary Wharf était visé, a déclaré un ancien terroriste repenti au procès du prêcheur radical Abou Hamza lundi à New York.

Saajid Badat, qui avait déjà été entendu le mois dernier lors du procès du gendre d'Oussama ben Laden, a de nouveau témoigné par vidéo de Londres. Il a raconté que Khalid Sheikh Mohamed, le cerveau présumé des attaques du 11-Septembre, voulait ensuite s'en prendre à Londres.

"Je crois que Canary Wharf a été mentionné", a-t-il déclaré. Tout comme le World Trade Center de New York, ce quartier d'affaires londonien possède, lui aussi, plusieurs hauts immeubles.

M. Badat avait rencontré Oussama ben Laden en personne en Afghanistan. Sa mission consistait à faire exploser un avion de ligne américain avec des bombes cachées dans ses chaussures fin 2001. La rencontre avec le chef d'Al-Qaïda s'était achevée "avec une accolade, et il m'a souhaité bonne chance pour ma mission", a-t-il raconté lundi.

En Afghanistan

Saajit Badat avait finalement renoncé à sa mission et été arrêté en Grande-Bretagne en 2003, où il a passé six ans et demi en prison. Le tribunal new-yorkais lui avait demandé de venir témoigner en personne, mais le repenti de 34 ans a refusé, expliquant qu'il serait arrêté s'il venait aux Etats-Unis, où il est toujours inculpé en liaison avec un complot visant à faire exploser des avions en 2001.

M. Badat a également dit avoir vu Abou Hamza deux fois à Londres. Il avait écouté ses sermons en 1997 avant de partir en Afghanistan, où il a travaillé pour Al-Qaïda durant trois ans, de janvier 1999 à décembre 2001.

L'ancien imam de 56 ans, borgne et amputé des avant-bras, a écouté tranquillement le témoignage de Saajid Badat dans son box. Il est accusé de complot et prise d'otages, pour l'enlèvement de 16 touristes au Yémen en 1998, dont deux Américains, qui s'était soldé par la mort de quatre otages.

Il est aussi inculpé de soutien terroriste pour avoir voulu créer un camp d'entraînement au jihad dans l'Oregon, dans le nord-ouest des Etats-Unis, à la fin 1999. Il est en outre accusé d'avoir envoyé des candidats au jihad s'entraîner en Afghanistan.

S'il est condamné à l'issue de son procès, qui devrait s'achever courant mai, il risque la prison à vie. Il a plaidé non coupable.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes