Après la prise d'otages, les Australiens font preuve de solidarité

Quelques heures après le dénouement tragique de la prise d'otages de Sydney, un mouvement de solidarité avec les musulmans est apparu sur les réseaux sociaux. L'acteur Russell Crowe, qui a grandi à Sydney et y a toujours une maison, a appuyé l'initiative.

Sous le hashtag "I'll ride with you" (Je ferai le trajet avec vous) diffusé sur Twitter, les Australiens se rendant à leur travail à Sydney ont voulu montrer qu'ils soutiennent les musulmans qui craindraient la vindicte de leurs concitoyens. La moitié environ des 500'000 musulmans d'Australie vivent à Sydney.

Le mot d'ordre a déferlé sur Internet, pour se répandre en Asie, en Europe, en Afrique et en Amérique du Nord. Il totalise plus de 300'000 tweets.

Une jeune femme rencontrée dans un train à destination du quartier des affaires, dans le centre-ville, avait attaché à son sac une petite pancarte avec le hashtag. Elle a dit vouloir "faire quelque chose" de façon simple.

Bien que la police ait décrit le preneur d'otages comme souffrant d'instabilité mentale et ayant agi seul, le fait qu'il ait contraint des otages à porter un drapeau noir portant la profession de foi des musulmans a tout de suite suscité la fureur dans certains milieux.

Message sur Facebook

Un homme criant des insultes antimusulmanes près du café Lindt durant la prise d'otages a été prié par la police de circuler. Des responsables de la communauté musulmane ont signalé que des femmes portant le Hijab avaient été prises à partie.

"Il nous parvient encore aujourd'hui des informations sur des incidents", déclare Samier Dandan, porte-parole du Conseil national australien des imams. "Mais nous sommes encouragés par cette campagne. Cela montre le soutien des Australiens et qu'ils ont un grand coeur."

Le hashtag a commencé à apparaître sur Twitter avant le retour du travail lundi soir. Le mouvement a été déclenché par un message publié sur Facebook par une habitante de Sydney du nom de Rachael Jacobs qui a raconté sa rencontre avec une femme musulmane qui avait ôté son foulard. "J'ai couru derrière elle à la gare. Je lui ai dit: remettez-le. Je marcherai avec vous."

"Un petit geste"

Cela a incité d'autres habitants de Sydney à publier le détail de leur trajet en autobus ou en train sur Twitter pour offrir à faire le chemin avec toute personne se sentant mal à l'aise sous le mot d'ordre "Illwalkwithyou" ("Je marcherai avec vous").

Mardi matin, Rachael Jacobs s'est dite bouleversée par le mouvement qu'elle avait enclenché sans le vouloir. "C'était un petit geste parce que j'étais triste que quelqu'un puisse un jour ne pas se sentir le bienvenu en raison de ses convictions."

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus