Arrestation de deux présumés terroristes à Sydney

La police australienne a annoncé mercredi avoir arrêté à Sydney deux terroristes présumés la semaine dernière. Des raids ont permis la saisie de documents, d'un fusil et de deux armes de poing.

L'un des deux hommes a été inculpé pour détention de documents liés à un projet d'attentat contre des cibles gouvernementales. Ces arrestations interviennent après une série d'autres interpellations d'individus soupçonnés de préparer un attentat sur le sol australien ou d'apporter une aide logistique ou financière aux djihadistes.

Soulayman Khalid, 20 ans, a été inculpé pour "possession de documents destinés à faciliter un attentat terroriste". L'autre suspect, âgé de 21 ans, est accusé d'avoir enfreint une injonction de justice.

"Sans aucun doute, les documents évoquent un peu des cibles gouvernementales potentielles", a déclaré Michael Phelan, commissaire-adjoint de la police fédérale australienne, chargé de la sécurité nationale.

Prise d'otages

Ces cibles se situent à Sydney, a-t-il ajouté, sans entrer dans les détails: "Je suis certain que nous avons interrompu ce qu'ils projetaient de faire. Et c'est tout ce que je suis prêt à vous dire à cet instant."

Mardi, le Premier ministre australien Tony Abbott avait averti ses concitoyens que les communications "terroristes" s'étaient intensifiées depuis la prise d'otages de Sydney.

Le 15 décembre, Man Haron Monis, un homme d'origine iranienne au passé violent, avait séquestré 17 employés et clients du Lindt café au coeur de Sydney. Deux otages et M. Monis ont péri lors de l'assaut des forces de l'ordre, dans la nuit du 15 au 16 décembre.

Menace terroriste élevée

"Le niveau de menace terroriste reste élevé et comme vous le comprenez, à ce niveau, un attentat est probable", a déclaré le Premier ministre.

Les renseignements surveillent depuis longtemps un groupe de 15 à 20 personnes qui vivent dans la région de Sydney et dont 11 ont été inculpées pour de "graves délits de terrorisme", a indiqué Michael Phelan. "Leur idéologie est liée (à celle) de Etat islamique (EI)", a-t-il précisé.

Engagée aux côtés des Américains dans la lutte contre les combattants de l'EI, l'Australie avait relevé en septembre son niveau d'alerte face à la menace terroriste représentée par les djihadistes de retour d'Irak et de Syrie. Les autorités n'ont cependant pas qualifié la prise d'otages de Sydney d'acte terroriste.

/ATS


Actualisé le