Arrimage d'un Soyouz à l'ISS avec deux jours de retard

Un vaisseau russe Soyouz transportant trois astronautes a réussi vendredi son arrimage à la Station spatiale internationale (ISS) avec un retard de deux jours en raison d'un incident technique. "Tous les systèmes fonctionnent normalement", a assuré l'agence spatiale russe.

Le vaisseau "TMA-12M", avec à son bord les Russes Aleksandr Skvortsov et Oleg Artemiev, et l'astronaute américain Steven Swanson, s'est arrimé à l'ISS à l'heure prévue 00h53, a précisé l'agence Roskosmos.

Le vaisseau devait normalement atteindre l'ISS mercredi matin, avec la procédure d'approche, en six heures et quatre révolutions autour de la Terre. Mais un incident technique a forcé l'engin spatial à se rabattre sur la procédure habituelle, plus longue, et qui impose 34 tours de la Terre en orbite à l'équipage.

Le problème s'est produit quand la mise à feu d'un des propulseurs du Soyouz, alors en orbite, n'a pas eu lieu, compromettant l'arrimage à l'ISS. Roskosmos a alors fait effectuer au vaisseau les manoeuvres nécessaires pour le placer sur une nouvelle trajectoire pour une approche de l'ISS en deux jours.

Cause incertaine

"La cause (du problème) n'est pas encore claire: c'est soit mathématique, soit un problème de capteur, mais a priori c'est une question de mathématiques", a indiqué à l'agence Interfax Vitali Lopota, directeur général de RKK Energia, qui conçoit et produit les vaisseaux Soyouz.

Cela impliquerait que les scientifiques n'ont pas calculé correctement l'altitude nécessaire en orbite pour la mise à feu des propulseurs afin d'amener le Soyouz jusqu'à l'ISS.

Pour transporter leurs astronautes à l'ISS, les Etats-Unis dépendent totalement de Roskosmos, seule capable de rejoindre la station avec ses lanceurs et vaisseaux Soyouz.

L'équipage devrait effectuer à l'ISS une mission de 170 jours, rythmée de plus d'une centaine d'expériences scientifiques pour la Russie ou les Etats-Unis.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus