Blocus de Slaviansk, des observateurs de l'OSCE capturés

Sept observateurs militaires de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) ont été capturés par les séparatistes, a indiqué vendredi le ministère ukrainien de l'Intérieur. Selon le leader des insurgés de Slaviansk, Viatcheslav Ponomarev, un espion oeuvrant pour l'Etat-major ukrainien se trouvait parmi eux.

"Des inconnus ont arrêté à 11h40 un bus avec 13 passagers: sept représentants de l'OSCE, cinq militaires ukrainiens et le chauffeur (...) Les personnes capturées se trouvent au siège des services spéciaux locaux", explique le ministère dans un communiqué.

"Des négociations sont actuellement en cours avec les pro-Russes. Ils ont refusé de libérer les otages en disant qu'ils devaient communiquer avec les organes compétents de la Fédération de Russie", précise le ministère.

Spectre de la guerre

Le ministre de l'Intérieur Arsen Avakov avait déclaré dans la journée que l'opération de sécurité lancée contre les séparatistes des régions orientales se poursuivait. Slaviansk, ville de 120'000 habitants dans l'oblast de Donetsk, est l'un des points chauds de la crise.

Ce bastion pro-russe vit en quasi état de siège après l'assaut, bref et meurtrier, lancé jeudi par des blindés ukrainiens. La présidence ukrainienne veut "bloquer Slaviansk" afin d'empêcher les pro-Russes d'envoyer des renforts.

Le Premier ministre Arseni Iatseniouk accuse Moscou de vouloir déclencher une "troisième Guerre mondiale". Il estime que "les velléités de conflit militaire en Ukraine mèneront à un conflit militaire en Europe".

Avertissement du DFAE

Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) recommande aux citoyens suisses de quitter "temporairement" certaines régions du pays, notamment Donetsk, Odessa, Kharkiv et Dnipropetrovsk, "pour autant que cela soit sûr de le faire" et après avoir informé l'ambassade de Suisse à Kiev.

Par ailleurs, la procureure générale de la Cour pénale internationale (CPI) a ouvert une enquête préliminaire sur les crimes commis avant et pendant la chute de l'ex-président ukrainien Viktor Ianoukovitch.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus