Boeing disparu: poursuite des recherches - zone encore rétrécie

Navires et avions poursuivaient samedi leurs recherches de l'épave du Boeing 777 de Malaysia Airlines dans l'océan Indien, au lendemain de propos encourageants du premier ministre australien. La zone de recherche a encore été rétrécie, a indiqué le centre chargé des opérations.

Quatre signaux ont été repérés par une sonde hydrophone américaine tractée par un navire de la marine australienne, l'Ocean Shield. Un cinquième a été capté par une bouée sonar larguée sur la zone, mais il n'est vraisemblablement pas lié à l'avion, avait annoncé vendredi le centre conjoint de coordination des agences (JACC), chargé d'organiser les opérations à Perth, dans l'ouest de l'Australie.

Le premier ministre austalien Tony Abbott s'était déclaré "très confiant" vendredi dans le fait que les ultrasons détectés dans le sud de l'océan Indien provenaient des boîtes noires du vol MH370, disparu le 8 mars alors qu'il reliait Kuala Lumpur à Pékin avec 239 personnes à bord dont les deux tiers étaient chinois.

Hora fugit

Le vaste dispositif naval et aérien déployé dans la zone où l'avion s'est probablement abîmé n'avait rien donné jusqu'à la détection le week-end dernier de signaux émettant à des fréquences hautes, identiques à celles produites par les balises des boîtes noires.

Les enquêteurs sont lancés dans une course contre la montre pour repérer les boîtes noires avant que les balises sonores ne s'éteignent à jamais après l'épuisement des batteries, dont la durée théorique de vie est d'une trentaine de jours.

Aucun autre navire n'est autorisé à proximité, afin d'éviter les pollutions sonores, mais une dizaine d'avions étaient encore engagés samedi dans les recherches qui s'étendent sur plus de 41'000 km2.

La zone où l'Ocean Shield sonde le fond de l'océan ne fait en revanche que quelques kilomètres carrés et se situe précisément à 2312 km au nord-ouest de Perth.

L'enquête sur la disparition du vol MH370 examine divers scénarios: un détournement, un acte de sabotage ou l'acte désespéré d'un passager ou d'un membre de l'équipage. Mais aucun élément matériel n'a permis de privilégier l'une ou l'autre de ces hypothèses.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes