Le chef de la diplomatie russe demande à Washington d'agir

Le vice-président américain Joe Biden est arrivé lundi à Kiev pour apporter son soutien aux autorités ukrainiennes, alors que son pays et la Russie se sont appelés à faire appliquer l'accord de Genève pour une désescalade. Sur le terrain, le médiateur de l'OSCE Mark Etherington est allé défendre cet accord auprès du dirigeant pro-russe de Slaviansk.

Joe Biden, qui s'est fortement impliqué dans la crise politique en Ukraine depuis son éclatement en novembre, a atterri dans un aéroport de Kiev vers 14h30 (heure en Suisse).

Il proposera à l'Ukraine une assistance sur les questions énergétiques et le processus de distribution de l'aide financière internationale, a déclaré un responsable de l'administration américaine.

Il devrait également évoquer une récente proposition américaine de livrer à l'armée ukrainienne du matériel non létal, comme des médicaments et des casques.

Deux tués au moins

Joe Biden vient apporter le soutien des Etats-Unis quelques jours après le compromis jeudi à Genève entre l'Ukraine, la Russie, les Etats-Unis et l'Union européenne. Le document prévoit notamment le désarmement des groupes armés illégaux et l'évacuation des bâtiments occupés dans les villes ukrainiennes, dans la capitale comme dans l'Est.

Mais les tensions sont encore montées d'un cran pendant le week-end de Pâques. Une fusillade a fait dimanche au moins deux tués, près du bastion séparatiste de Slaviansk.

"Mesures concrètes"

Lors d'une conversation téléphonique avec son homologue russe Sergueï Lavrov, M. Kerry a appelé la Russie à prendre "des mesures concrètes pour aider à la mise en oeuvre de l'accord de Genève".

M. Lavrov a répliqué que Washington devait convaincre Kiev de respecter ses engagements et utiliser son influence "afin que les têtes brûlées ne provoquent pas un conflit sanglant".

M. Kerry a par ailleurs demandé à M. Lavrov de nommer un diplomate de haut rang pour travailler avec la mission d'observation de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

Sanctions contre Poutine

Ce alors que les Etats-Unis pourraient envisager d'imposer des sanctions contre le président russe Vladimir Poutine, a déclaré lundi la porte-parole du département d'Etat. Elle a toutefois laissé entendre qu'aucune initiative en ce sens ne devrait être prise dans l'immédiat.

/ATS


Actualisé le