Cerveau de la cellule djihadiste en Belgique est toujours en fuite

Le cerveau présumé de la cellule djihadiste démantelée cette semaine en Belgique est toujours ...
Cerveau de la cellule djihadiste en Belgique est toujours en fuite

Cerveau de la cellule djihadiste en Belgique est toujours en fuite

Photo: Keystone

Le cerveau présumé de la cellule djihadiste démantelée cette semaine en Belgique est toujours en fuite, a confirmé dimanche le ministre belge de la Justice Koen Geens. Il n'a pas démenti qu'il pourrait se trouver en Grèce comme l'affirment les médias.

'C'est effectivement le cas', a répondu M. Geens à la question d'une journaliste de la chaîne flamande VRT qui lui demandait si le commanditaire des attentats déjoués était toujours en fuite.

Le ministre a ensuite évoqué les arrestations samedi à Athènes dans le cadre de l'enquête. 'Les arrestations qui ont eu lieu hier soir n'ont pas permis de mettre la main sur la bonne personne. On continue de le rechercher activement et je suppose que cela va réussir'.

Selon les médias belges, Abdelhamid Abaaoud, un Belge d'origine marocaine de 27 ans qui a combattu dans les rangs du groupe Etat islamique en Syrie est le chef et pourvoyeur de fonds de la cellule, qui projetait des attentats contre des policiers et des commissariats 'dans toute la Belgique'.

Deux hommes arrêtés

Le parquet fédéral belge, chargé de l'enquête, avait déjà indiqué dimanche matin qu'il n'existait 'aucun lien' entre les personnes arrêtées et le réseau djihadiste démantelé.

Dimanche, une source policière grecque s'exprimant sous couvert d'anonymat a contredit les premières informations faisant état de quatre arrestations et affirmé que les hommes interpellés samedi à Athènes dans le cadre de l'enquête étaient au nombre de deux.

Au moins un deux avait été remis en liberté dimanche après-midi sans qu'aucune charge ne soit retenue contre lui, a-t-elle ajouté.

M. Abaaoud aurait communiqué avec les deux suspects tués dans un assaut de la police jeudi soir à Verviers (est) en appelant le frère de l'un d'eux depuis la Grèce, affirme la chaîne flamande VTM. Treize personnes avaient en outre été arrêtées dans ce coup de filet, dont cinq ont été inculpées pour 'appartenance à un groupe terroriste'. Deux fugitifs ont également été arrêtés en France.

Armée mobilisée

Des militaires ont commencé samedi à prendre la relève de policiers pour surveiller certains sites sensibles à Anvers et Bruxelles après le démantèlement en Belgique d'une cellule djihadiste.

Environ 150 soldats ont été mobilisés pour surveiller des 'sites stratégiques' dans le quartier des diamantaires d'Anvers (nord) où vit une importante communauté juive, mais aussi les institutions européennes, le siège de l'Otan, et les missions diplomatiques, a expliqué le ministre de la Défense Steven Vandeput.

Les soldats n'ont toutefois pas été déployés dans les gares ou aéroports. L'opération exceptionnelle, lancée pour un mois renouvelable selon le Premier ministre Charles Michel, peut être maintenue tant que le niveau d'alerte sera fixé au moins à 3 sur une échelle de 4, comme c'est le cas depuis jeudi soir.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes