Des enfants-soldats sur le front syrien, selon Human Rights Watch

Les groupes islamistes en guerre contre le régime syrien recrutent des enfants-soldats parfois âgés de 15 ans. Ils leur promettent en échange une éducation gratuite, selon un rapport de l'organisation Human Rights Watch.

D'après ce document de 31 pages, l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) a mis des armes entre les mains de jeunes adolescents et les a encouragés à mener des attaques suicides.

Human Right Watch souligne que d'autres groupes, comme l'Armée syrienne libre - soutenue par les occidentaux -, le Front Al Nosra - affilié à Al Qaïda -, ou le Front islamique font également appel à des enfants.

Témoignages

"Comme si les horreurs du conflit armé en Syrie ne suffisaient pas, des enfants sont envoyés sur la ligne de front", écrit l'auteur du rapport, Priyanka Motaparthy, qui se fonde sur le témoignage de 25 enfants-soldats.

Ces adolescents, dont Reuters n'a pu confirmer les récits, racontent avoir participé aux combats, tenu des positions de francs-tireurs et des points de contrôle, soigné des blessés sur le champ de bataille ou ravitaillé les forces combattantes sur le front.

Les filles aussi

Les 25 personnes interrogées sont des garçons. Mais selon le rapport, les forces de police du Parti de l'union démocratique kurde et sa branche armée font aussi appel à des jeunes filles pour garder des points de contrôle ou participer à des patrouilles.

Outre les combattants, dont certains sont âgés de 15 ans, des adolescents plus jeunes, parfois âgés de 14 ans, ont rejoint les rangs des rebelles dans un rôle de soutien.

Human Rights Watch dit ne pas connaître le nombre d'enfants-soldats concernés mais précise que le Centre de documentation des violations, un organisme syrien, a recensé la mort de 194 adolescents "non civils" depuis septembre 2011.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus