Des milliers de policiers aux obsèques d'un des leurs à New York

Plusieurs milliers de personnes ont assisté samedi à New York aux obsèques de l'un des deux agents tués il y a une semaine par un homme qui disait vouloir venger le décès de plusieurs Noirs tués par les forces de l'ordre. En présence de nombreux policiers, le vice-président des Etats-Unis Joe Biden a rendu un vibrant hommage aux forces de l'ordre.

Les deux policiers s'appelaient Rafael Ramos et Wenjian Liu. Ils étaient respectivement âgés de 40 et de 32 ans. Leur décès est intervenu après plusieurs semaines de manifestations contre les violences policières et de tensions raciales.

La mobilisation a débuté fin novembre après la relaxe des agents impliqués dans les décès de Michael Brown à Ferguson, dans le Missouri, et d'Eric Garner à New York.

"Votre mari et son partenaire faisaient partie de la fine fleur de New York et ce ne sont pas des paroles en l'air", a déclaré Joe Biden, s'adressant à la veuve de Rafael Ramos au début de l'office religieux.

Demande évoquée par Joe Biden

"Je pense que la grande force de police de cette ville à la diversité incroyable doit montrer à la nation comment combler ses divergences. Vous l'avez déjà fait et vous allez le refaire", a-t-il poursuivi.

Très critiqué par certains policiers, Bill de Blasio a salué en Rafael Ramos un "héros", un "homme de paix et d'amour" et présenté ses condoléances "à une autre famille, celle de la police de New York, qui souffre tant en ce moment".

Mais au moment où il a pris la parole, des centaines de policiers à l'extérieur de l'église ont choisi de tourner le dos aux écrans géants diffusant la cérémonie.

De Blasio aux côtés des syndicalistes

Bill de Blasio se trouvait aux côtés des dirigeants syndicaux qui l'ont accusé la semaine dernière d'avoir "du sang sur les mains".

Et ses remarques n'ont provoqué que des applaudissements polis, alors que celles du vice-président, du gouverneur et du chef de la police Bill Bratton, ont été chaleureusement accueillies. M. Bratton a notamment insisté sur la nécessité de réconciliation.

Les obsèques de Rafael Ramos, célébrées à la Christ Tabernacle Church du Queens, pourraient être les plus suivies de l'histoire de la police new-yorkaise, selon son porte-parole Stephen Davis.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes