Des soldats combattent "un ou deux" hommes dans Westgate

Les forces spéciales kényanes combattent encore "un ou deux" assaillants islamistes cachés à l'intérieur du centre commercial Westgate, à Nairobi, ont indiqué des sources de sécurité. Le bruit d'une explosion a été entendu à l'aube.

Selon ces sources, les militants ont été localisés et sont isolés à l'intérieur ou à côté d'un casino situé dans un des étages élevés du centre commercial.

Des coups de feu sporadiques et le bruit d'une explosion ont été entendus à l'aube, venant de l'intérieur de l'immeuble, ont indiqué des témoins.

Ces coups de feu interviennent après que le gouvernement kényan eût affirmé lundi être "en plein contrôle" de la situation dans le centre commercial, trois jours après l'attaque. Les sources de sécurité ont confirmé que plusieurs otages avaient été secourus et évacués vers un hôpital militaire.

"Nos forces sont en train de passer au peigne fin tous les étages du bâtiment. Nous pensons que tous les otages ont été libérés", a déclaré le ministère de l'Intérieur sur son compte Twitter. "Nous contrôlons le Westgate", a ajouté le ministère.

Selon les autorités kényanes, trois assaillants sont morts lundi. Mais le sort des autres membres du groupe, de nationalités diverses, restait inconnu peu après minuit. On ignorait également s'ils avaient miné ou non le bâtiment.

Habillés en femmes

Un peu plus tôt, le porte-parole du gouvernement, Manoah Esipisu, avait affirmé que les forces spéciales kényanes ne rencontraient plus aucune "résistance" dans le bâtiment. Néanmoins, "le statut des éléments hostiles reste à confirmer", avait de son côté indiqué le centre kényan de gestion des crises.

Le ministre kényan de l'intérieur Joseph Ole Lenku a précisé que tous les "terroristes", de diverses nationalités selon les services de sécurité, étaient des hommes, certains habillés en femmes. Plusieurs sources militaires affirment qu'un des assaillants tués est une femme blanche, peut-être la veuve d'un des kamikazes qui s'étaient attaqués aux transports londoniens en 2005.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes