Didier Burkhalter appelle à restaurer la sécurité en Europe

Approfondir le processus politique, réformer et renforcer l'OSCE et réfléchir sur la sécurité européenne: telles sont les trois priorités de Didier Burkhalter. Le président de la Confédération et président en exercice de l'OSCE a lancé un appel à restaurer la confiance et la sécurité en Europe.

"Les fondements communs de notre sécurité s'érodent. La guerre et l'insécurité sont de retour en Europe. Nous devons faire tout ce qui est possible pour inverser cette tendance négative", a déclaré le président de la Confédération devant 450 parlementaires de 50 pays membres de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) réunis à Genève jusqu'à dimanche en assemblée parlementaire.

"Nous sommes encore loin d'une solution politique" en Ukraine, a affirmé Didier Burkhalter. La première priorité est de consolider le cessez-le-feu et de faire en sorte que les parties appliquent toutes les clauses de l'accord de Minsk, a-t-il dit.

Avec la Russie

"Le dialogue reste la clé pour stabiliser la situation en Ukraine", a-t-il ajouté. "Nous ne pouvons résoudre cette crise qu'avec la Russie - nous ne pouvons pas la résoudre contre la Russie", a rappelé le chef du Département fédéral des Affaires étrangères (DFAE).

La diplomatie suisse va continuer à s'engager et est prête à organiser une rencontre entre les dirigeants de l'Ukraine et de la Russie en Suisse, a indiqué M. Burkhalter.

"Ce doit être notre objectif d'approfondir le processus politique pour permettre de résoudre le conflit plutôt que de le geler", a déclaré le président de la Confédération.

Surmonter la crise plus large

La seconde priorité est de réformer et de renforcer l'OSCE, notamment ses capacités d'alerte et de réponse rapide, a-t-il poursuivi.

La présidence suisse de l'OSCE veut également lancer un processus de réflexion "pour surmonter la crise plus large de la sécurité européenne". "Les violations de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de l'Ukraine et l'annexion illégale de la Crimée par la Russie ont des répercussions qui vont bien au-delà de l'Ukraine", a averti M. Burkhalter. Il a proposé la semaine dernière à New York la création d'un groupe de personnalités de toutes les régions de l'OSCE pour faire des propositions. Cette idée a recueilli des réactions positives, a-t-il indiqué.

/ATS


Actualisé le