Dizaines de blessés et 31 arrestations à Kiev

Des dizaines de personnes ont été blessées et des dizaines arrêtées samedi matin lorsque la police anti-émeute a dispersé les manifestants réunis au centre de Kiev, ont rapporté les médias et un député. Ils protestaient contre le refus du président ukrainien de signer un accord d'association avec l'UE.

Dans une première réaction occidentale, l'ambassadeur des Etats-Unis en Ukraine a souligné samedi qu'il condamnait toute "violence contre des manifestants pacifiques".

Selon médias et témoins, l'assaut a commencé au petit matin sur la place de l'Indépendance dans le centre de Kiev, où restaient environ un millier de militants d'opposition après une manifestation la veille au soir. Un député a évoqué "des dizaines de blessés et des dizaines d'interpellés".

Interpellation de 31 manifestants

La police de Kiev a confirmé l'interpellation de 31 personnes, "pour hooliganisme et refus d'obtempérer". La plupart ont été relâchés par la suite, selon la même source.

Le site d'information proche de l'opposition Ukrainskaia Pravda a mis en ligne des photographies de manifestants le visage en sang et des vidéos montrant manifestement des policiers antiémeutes intervenant à coups de matraque.

Un enfant battu

"Nous dansions, sautions et scandions des slogans pacifiques", a raconté à l'AFP une manifestante qui était sur la place dans la nuit, Maria Tchalykh.

"Ils ont commencé à battre tout le monde sans distinction. Ils battaient les vieux, les filles, même un enfant. Son visage était couvert de sang", a-t-elle ajouté. Elle a confirmé que des dizaines de personnes avaient été blessées.

Une jeune femme, sur une vidéo mise en ligne sur le site Ukrainskaïa Pravda, faisait un récit semblable. Selon les médias, environ un millier de personnes se trouvaient sur la place, dont les forces de police ont pris le contrôle.

Manifestation maintenue

Arseni Iatseniouk, l'un des leaders de l'opposition et proche de l'ex-Première ministre et opposante emprisonnée Ioulia Timochenko, a annoncé que l'opposition maintenait son appel à manifester dimanche à midi (11h00 en Suisse) place de l'Indépendance et exigeait des explications du ministre de l'Intérieur et la démission du gouvernement.

/ATS


Actualisé le