Ebola a touché 8399 personnes au moins dans sept pays

Le cap des 4000 décès dus à la fièvre Ebola a été franchi, selon le dernier bilan de l'OMS (Organisation mondiale de la santé), publié vendredi à Genève. Selon ce bilan, arrêté au 8 octobre, il y a eu au total 8399 cas enregistrés dans sept pays, faisant 4033 morts.

Le Liberia compte 2316 décès, la Sierra Leone 930, la Guinée 778, le Nigeria huit et les Etats-Unis un. Le Sénégal et l'Espagne ont chacun un cas non mortel. Une épidémie de fièvre Ebola distincte a fait 43 morts sur 71 cas en République démocratique du Congo (RDC).

Par ailleurs, l'appel de fonds de près d'un milliard de dollars lancé par l'ONU pour lutter contre l'épidémie n'est financé pour l'instant qu'à 25%, a indiqué vendredi le secrétaire général adjoint des Nations unies Jan Eliasson.

Cellule de crise en Espagne

Le gouvernement espagnol a annoncé vendredi la création d'un comité interministériel spécial pour gérer la crise d'Ebola ouverte par la contamination d'une aide-soignante à Madrid. Dirigé par la vice-présidente du gouvernement Soraya Saenz de Santamaria, il comptera dix membres représentant notamment les ministères de la Santé, de la Défense, des Affaires étrangères, de l'Intérieur, de l'Economie et de la justice. Le gouvernement est vivement critiqué pour sa gestion de la crise.

L'aide-soignante espagnole contaminée et hospitalisée était vendredi dans un état qualifié de "grave mais stable". Au total, quatorze personnes qui ont été en contact avec elle, dont son mari, avaient été placées en observation. Sept d'entre elles ont été admises tard jeudi soir.

Réunion en Suisse

Les alertes se multiplient également dans d'autres pays. En Suisse, la Confédération va réunir pour la première fois la semaine prochaine des experts cantonaux de la santé au sujet de l'épidémie d'Ebola. Le but de cette table ronde est de favoriser la transmission de connaissances entre les grands hôpitaux du pays.

Et quelque 200 personnes employées à nettoyer les cabines des avions se sont brièvement mises en grève à l'aéroport new-yorkais de La Guardia mercredi soir, inquiètes des risques. Elles devaient reprendre le travail, après avoir reçu une formation.

Les autorités américaines vont également renforcer la formation du personnel médical.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes