Egypte: dispersion meurtrière des pro-Morsi

Au moins 278 personnes, dont une majorité de partisans du président déchu Mohamed Morsi, ont été tués mercredi en Egypte suite à l'évacuation d'une des deux places du Caire, provoquant des violences meurtrières dans le pays. Le vice-président ElBaradei a annoncé sa démission en fin de journée.

Les manifestants parlent de plus de 2200 morts, des chiffres impossibles à vérifier. Le bilan de 278 morts fourni par les autorités tient compte des décès de 43 policiers. Plus tôt dans la journée, un journaliste de l'AFP avait décompté 124 cadavres sur la seule place Rabaa al-Adawiya.

Les forces de sécurité égyptiennes sont intervenues mercredi à l'aube pour vider les campements des pro-Morsi au Caire, et des partisans des Frères musulmans, dont est issu l'ancien chef d'Etat. L'assaut a été mené après l'échec de plusieurs tentatives de médiation entre les pro-Morsi et le gouvernement provisoire soutenu par l'armée.

L'armée avait promis une opération "graduelle" et des "sommations", mais leurs bulldozers ont pris les manifestants par surprise. La dispersion des milliers d'entre eux venus avec femmes et enfants réclamer le retour du premier président démocratiquement élu, a ensuite tourné au bain de sang. Un deuxième campement, plus petit, a été rapidement vidé par les policiers aux premières heures.

Etat d'urgence

Après ces violences, la présidence égyptienne a annoncé l'instauration de l'état d'urgence au Caire et dans 13 provinces à compter de 16h00 et pour une durée minimale d'un mois.

Le prix Nobel de la paix Mohamed ElBaradei a de son côté annoncé sa démission du poste de vice-président, refusant "d'assumer les conséquences de décisions avec lesquelles il n'était pas d'accord".

Les Frères musulmans restent quant à eux inflexibles: ils ont appelé "les Egyptiens à descendre dans la rue pour arrêter le massacre". En représailles à la dispersion, ils ont également commencé à bloquer des grands axes du Caire en incendiant des pneus. Des heurts ont en outre eu lieu dans plusieurs quartiers de la capitale et ont fait plusieurs morts dans d'autres villes du pays.

/SERVICE


Actualisé le