Egypte: les Frères musulmans qualifiés d'"organisation terroriste"

L'Egypte a officiellement déclaré "organisation terroriste" la confrérie des Frères musulmans du président destitué Mohamed Morsi, ont indiqué mercredi des ministres à l'issue d'une réunion du gouvernement. La confrérie n'aura plus le droit de manifester, comme elle le faisait jusqu'ici quasi quotidiennement.

Le vice-Premier ministre Hossam Eissa a annoncé que la confrérie, vieille de 85 ans, avait été déclarée "organisation terroriste". Le ministre de la Solidarité sociale Ahmad el-Boraie a ajouté que "toutes ses activités" étaient désormais interdites, notamment "les manifestations".

Le gouvernement égyptien a accusé les Frères musulmans d'être responsables de l'attentat-suicide contre un bâtiment de la police, mardi, dans le nord du pays. L'attaque a fait 15 morts, en majorité des policiers, ainsi qu'une centaine de blessés. Mais l'attentat avait été aussitôt condamné par les Frères musulmans.

Attentat revendiqué

Ansar Beit al-Maqdess, mouvement jihadiste basé dans le Sinaï égyptien qui dit s'inspirer d'Al-Qaïda, a revendiqué mercredi cet attentat-suicide à la voiture piégée perpétré la veille de Noël contre le siège de la police à Mansoura.

Dans un communiqué posté sur des forums jihadistes, le groupe dit avoir "pu viser le QG de la police".

Ansar Beit al-Maqdess a par le passé revendiqué plusieurs attaques, dont la plus spectaculaire avait été, en septembre dernier, une opération-suicide contre le convoi du ministre égyptien de l'Intérieur qui en était sorti indemne.

Réaction immédiate des Frères

Un dirigeant des Frères musulmans a appelé mercredi ses partisans à poursuivre la mobilisation contre les nouvelles autorités en Egypte. Il a qualifié d'"invalide" la décision du gouvernement de déclarer la confrérie "organisation terroriste".

"Les manifestations vont continuer, c'est certain", a déclaré Ibrahim Mounir, membre du bureau de la Guidance de la confrérie en exil à Londres. Les islamistes manifestent quasi quotidiennement en Egypte pour réclamer le retour au pouvoir du président Mohamed Morsi destitué par l'armée le 3 juillet.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus