Elèves disparus au Mexique: découverte de nouvelles fosses

Les autorités mexicaines ont découvert quatre nouvelles fosses clandestines dans le cadre de l'enquête sur la disparition il y a deux semaines de 43 étudiants à Iguala, ont-elles annoncé jeudi. Un groupe d'experts travaille déjà dans la zone, "située relativement près" de la ville.

L'arrestation de quatre personnes supplémentaires a conduit "à un lieu où nous avons trouvé quatre fosses dans lesquelles elles disent qu'il y a les restes des étudiants", a dit le ministre de la Justice. Il ignore encore le nombre de corps qu'elles contiendraient.

A la fin de la semaine dernière, d'autres fosses avaient été découvertes avec 28 cadavres qui n'ont pas encore été identifiés. Les 43 étudiants ont disparu le 26 septembre après avoir été victimes d'une attaque de policiers locaux et de membres d'un gang de narcotrafiquants.

Sur les motifs de l'attaque, le ministre a indiqué que "plusieurs pistes étaient suivies". Parmi elles, celle du maire, de son épouse et du directeur de la sécurité municipale, activement recherchés.

Le maire et sa femme en fuite

Les soupçons sur la responsabilité de ces disparitions, une affaire, qui provoque l'indignation au Mexique, se portaient ces derniers jours sur le maire et son épouse, qui ont pris la fuite deux jours après les attaques.

L'élu est poursuivi pour manquement, a annoncé le parquet local. Il "a préféré rester dans une fête et ensuite aller dîner puis se coucher" au moment où se déroulait l'attaque, "laissant les victimes à la merci des forces de sécurité", a précisé le procureur.

Sa femme, soeur de deux narcotrafiquants, a, quant à elle, été citée dans un rapport des services de renseignements comme celle qui aurait ordonné au directeur de la sécurité publique d'Iguala de réprimer la manifestation des étudiants, pour éviter qu'ils n'interrompent un discours qu'elle devait prononcer ce jour-là comme responsable des services familiaux de la ville.

Les forces de sécurité fédérales ont pris le contrôle de la ville ces derniers jours, et tous les policiers locaux ont été désarmés.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes