Exécution d'un Américain, confondu par son ADN 18 ans après

Un Noir américain de 61 ans a été exécuté mardi soir en Oklahoma, au sud des Etats-Unis, pour le viol et le meurtre d'une jeune Sud-Coréenne en 1979. Ce crime était resté irrésolu pendant 18 ans jusqu'à ce que l'ADN ne confonde l'accusé.

Anthony Banks, qui avait récemment renoncé à tout recours, a été déclaré mort par injection létale à 18h07 locales (01h07 en Suisse) à McAlester, a indiqué à l'AFP le porte-parole des autorités pénitentiaires d'Oklahoma, Jerry Massie.

Il avait été condamné à mort en 1999 pour l'assassinat, vingt ans plus tôt, de Sun "Kim" Travis, une ressortissante de Corée du Sud âgée de 24 ans. La jeune femme avait été enlevée le 6 juin 1979 sur le parking de son domicile à Tulsa, puis violée et retrouvée morte, une balle dans la tête, à quelques kilomètres de là, selon un document judiciaire.

Prélèvements

Durant près de 20 ans, les enquêteurs n'ont pas pu résoudre cette affaire, faute d'analyses ADN à l'époque. Mais les prélèvements effectués sur le corps et les vêtements de la victime avaient permis, en 1997, d'inculper finalement Anthony Banks et son coaccusé, qu'il avait dénoncé, Allen Nelson.

Nelson a été condamné à la prison à vie, mais Banks, qui purgeait alors une peine de réclusion à perpétuité pour le meurtre d'un vendeur en 1978, s'était vu infliger la peine capitale le 22 novembre 1999.

Il s'agit de la 24e exécution cette année aux Etats-Unis, la 4e en Oklahoma. Cet Etat a exécuté 106 condamnés depuis le rétablissement de la peine de mort en 1976, selon le Centre d'information sur la peine capitale (DPIC).

Seconde exécution suspendue

En Pennsylvanie (nord-est), Harve Johnson, 32 ans, dont l'exécution avait été également programmée mardi, a obtenu un sursis, pour des raisons de procédure, a-t-on appris auprès de son avocat Michael Wiseman. Il a été condamné à mort en 2009 pour avoir battu à mort la petite fille de 2 ans de sa compagne.

Et à New York, un juge fédéral a formellement confirmé mardi la condamnation à mort d'un homme ayant tué deux policiers en 2003, une décision extrêmement rare dans cet Etat où la peine capitale a été abolie en 2004. Personne n'y a été exécuté depuis 1963.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes