La police intervient contre les manifestants dans le Missouri

La police américaine a tiré lundi des grenades lacrymogènes et assourdissantes contre des manifestants à Ferguson, dans le Missouri. Cette ville est le théâtre de confrontation depuis la mort d'un jeune Noir désarmé abattu par un policier blanc il y a neuf jours.

La police en équipement anti-émeute, épaulée par un véhicule blindé du SWAT et un hélicoptère, a ordonné à plusieurs reprises à des personnes rassemblées près du lieu où s'est déroulé l'incident le 9 août de se disperser.

Les agents ont ensuite tiré des grenades de gaz lacrymogène peu après 23h00 locales (06h00 heure suisse mardi), provoquant la dispersion de la foule. Celle-ci était toutefois moins nombreuse que lors des affrontements de dimanche avec la police.

Photographe arrêté

Par ailleurs, un photographe de l'agence Getty Images couvrant les émeutes a été brièvement détenu par la police avant d'être relâché. Dans le texte qui accompagnait une photo montrant l'arrestation, l'agence a expliqué que le photographe avait été "placé dans un fourgon après avoir été arrêté par la police". Elle n'a toutefois pas précisé les raisons de son arrestation.

La semaine dernière, deux journalistes avaient été brièvement arrêtés à Ferguson alors qu'ils couvraient les émeutes.

Tête baissée

D'après l'avocat de Michael Brown, l'adolescent de 18 ans, non armé, a été atteint de six balles, dont deux à la tête. Les résultats de l'autopsie incitent à conclure qu'il se tenait tête baissée en signe de reddition au moment du coup de feu qui lui a été fatal.

Dimension nationale

Barack Obama s'est exprimé lundi soir après avoir été informé de la situation par le ministre de la Justice Eric Holder. Lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche, le président a appelé les forces de l'ordre à faire preuve de retenue face aux manifestations.

M. Obama a par ailleurs mis en garde ceux parmi les manifestants qui auraient recours à la violence. "Piller ou attaquer la police ne peut que contribuer à faire monter les tensions", a-t-il dit. Il a en outre abordé la question des inégalités raciales aux Etats-Unis, estimant qu'un long chemin restait à parcourir avec des communautés "souvent isolées, sans espoir et sans perspectives économiques".

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes