Foulard islamique désormais autorisé dans l'administration turque

La Turquie a levé mardi une interdiction empêchant les femmes de se voiler dans la fonction publique. La mesure, qui fait partie d'une série de réformes, a été vivement saluée par son instigateur, le premier ministre Recep Tayyip Erdogan.

"Nous avons abrogé aujourd'hui une disposition archaïque qui était contre l'esprit de la République; c'est un pas vers la normalisation", a dit M. Erdogan lors d'un discours hebdomadaire au Parlement devant les députés de son parti gouvernemental de la justice et du développement (AKP, issu de la mouvance islamiste).

"Les femmes voilées sont des membres à part entière de cette République, tout autant que celles qui ont la tête découverte", a dit le chef du gouvernement, dont la femme est voilée comme celle de la plupart des épouses des dirigeants de son parti.

Barbe autorisée

Présentée le 30 septembre dernier par M. Erdogan, cette mesure fait partie d'un train de réformes qui élargit les droits des minorités en général. Elle est officiellement entrée en vigueur après sa publication mardi matin dans le journal officiel dans le cadre d'un nouveau règlement vestimentaire pour les fonctionnaires qui autorise aussi les hommes à porter la barbe.

"Une période sombre vient enfin à terme", a insisté M. Erdogan, dont le parti milite depuis son arrivée au pouvoir pour l'autorisation du voile dans tous les domaines.

L'opposition turque a dénoncé cette mesure, estimant qu'elle constitue une nouvelle brèche dans le symbole de la Turquie musulmane mais laïque voulue par le fondateur de la République, Mustafa Kemal Atatürk. Les étudiantes avaient déjà obtenu l'autorisation de porter le foulard sur les campus universitaires.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus