Genève II: la "courageuse" décision de l'opposition syrienne

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a salué dimanche la décision de l'opposition syrienne en exil de participer à la conférence de paix de Genève II, qui débute mercredi à Montreux (VD). Plusieurs pays occidentaux et la Russie se sont également félicités de la venue des opposants syriens.

"C'est un pas courageux et historique dans l'intérêt d'une solution politique négociée à un conflit vieux de trois ans et qui a déjà causé tant de malheur et de destruction", a souligné M. Ban dans un communiqué.

"J'attends avec impatience la formation par l'opposition (syrienne) d'une délégation qui représente pleinement toute la diversité de l'opposition syrienne, y compris les femmes", a ajouté le secrétaire général, qui a lui-même convoqué cette conférence de paix.

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères Mikhaïl Bogdanov a estimé que l'opposition syrienne avait pris "la bonne décision. Nous avons toujours dit qu'il fallait aller à ce forum et entamer un dialogue avec le gouvernement", a-t-il déclaré.

Processus difficile

Les chefs de la diplomatie française Laurent Fabius et américaine John Kerry ont pour leur part qualifié de "courageuse" la décision de la Coalition de l'opposition syrienne. "En dépit des provocations et des exactions du régime", ce choix "est celui de la recherche de la paix", s'est félicité M. Fabius.

"Nous savons tous que le processus sera difficile mais je dis au peuple syrien: nous nous tiendrons à vos côtés (...) dans la recherche de la liberté et de la dignité que tous les Syriens méritent", a assuré John Kerry.

A Berlin, le chef de la diplomatie a salué "une petite lueur d'espoir", soulignant que "le moindre progrès (...) sur le passage des convois humanitaires ou des accords de cessez-le-feu au niveau local, serait un succès". Et Londres a rappelé que tout accord exigerait que le président Bachar al-Assad quitte le pouvoir.

/ATS


Actualisé le