Heurts entre police et familles des victimes de l'accident de ferry

Des échauffourées ont éclaté entre la police sud-coréenne et les familles des disparus du ferry qui a chaviré mercredi matin. Celles-ci sont furieuses de la lenteur des secours qui n'ont pour l'instant remonté à la surface que 49 corps.

Quatre jours après le drame, environ 200 membres des familles rassemblées sur l'île de Jindo, au sud-ouest de la péninsule coréenne, ont voulu marcher en direction de la capitale, Séoul, pour attirer l'attention des autorités. Mais la police anti-émeute a bloqué le cortège à l'entrée du pont qui relie l'île au continent, provoquant un face-à-face tendu avec les manifestants.

"Apportez-moi son corps", a supplié une mère, Bae Sun-ok, en éclatant en sanglots. Des centaines de proches de passagers, rassemblés dans le gymnase de Jindo, ont accusé les autorités et les secours d'incompétence et d'indifférence.

Nouveaux corps retrouvés

Dans une tente blanche et verte à Jindo, quatre hommes de la police scientifique des garde-côtes de Corée recueillent des prélèvements auprès des familles qui le souhaitent. Quelques pères et mères acceptaient des prélèvements de salive, mais beaucoup s'y refusaient encore, s'accrochant à un dernier espoir.

Dans la matinée, les plongeurs ont récupéré trois nouveaux corps qu'ils avaient repéré la veille dans une cabine submergée, après avoir réussi à en casser le hublot, ont annoncé les garde-côtes. Plus d'une dizaine d'autres ont été récupérés dans les heures qui ont suivi.

Les trois corps portaient des gilets de sauvetage, a indiqué un responsable des garde-côtes, précisant que deux de ces victimes étaient des hommes, mais que le sexe de la troisième n'avait pas pu encore être confirmé. Les équipes de secours avaient prévu de poursuivre les plongées toute la nuit autour de l'épave.

500 plongeurs à l'oeuvre

Quelque 500 plongeurs travaillent sur le site de la catastrophe, pour la plupart des volontaires civils. Des filets devaient être installés autour de l'épave du Sewol afin d'empêcher les corps de dériver, a indiqué le responsable des garde-côte, qui veut encore croire en la possibilité de rescapés, réfugiés dans des poches d'air.

Le bilan de la tragédie s'élève désormais à 49 morts et 253 personnes toujours portées disparues. Sur les 476 passagers et membres d'équipage qui avaient pris place à bord du Sewol le jour du drame, 339 étaient des lycéens et des enseignants de l'école Ansan, dans la banlieue de Séoul.

/ATS


Actualisé le