Heurts lors de la dispersion de manifestations islamistes en Egypte

Des heurts ont éclaté en Egypte entre forces de l'ordre et islamistes lors de la dispersion de manifestations organisées vendredi, ont indiqué des responsables de sécurité. Ces manifestations ont eu lieu en dépit d'une loi interdisant tout rassemblement sans l'aval des autorités.

En vertu de cette loi promulguée dimanche, la police a tiré des gaz lacrymogènes pour disperser des partisans du président islamiste Mohamed Morsi destitué par l'armée, qui ont répondu par des jets de pierres et ont jeté des pneus en feu en travers de routes, ont précisé ces responsables. Des centaines de manifestants étaient présents.

Ces heurts ont eu lieu dans le quartier de Mohandessine au Caire, mais la police a aussi dispersé des manifestations dans plusieurs autres villes du pays, aussi selon ces sources.

Elle a tiré des grenades lacrymogènes sur des cortèges à Alexandrie (nord), ainsi qu'à Suez (est), Qena (Haute-Egypte) et Mahalla (Delta du Nil), selon les services de sécurité. Un responsable de la Santé a indiqué que huit personnes avaient été blessées, le ministère de l'Intérieur faisant en outre état de 183 arrestations.

Ces rassemblements à l'appel de la coalition pro-Morsi, qui organise la mobilisation depuis l'éviction le 3 juillet du seul président jamais élu démocratiquement du pays, sont partis de plusieurs mosquées, comme le scénario a lieu généralement pour les défilés pro-Morsi.

Plus d'un millier de tués récents

La loi promulguée dimanche par le président par intérim et décriée par les défenseurs des droits de l'Homme interdit explicitement l'organisation de rassemblements publics dans l'enceinte ou au départ de lieux de culte.

Elle oblige par ailleurs les organisateurs à informer les autorités trois jours ouvrables avant l'organisation d'un rassemblement, qui est ensuite soumis à l'approbation du ministère de l'Intérieur.

Dès jeudi soir, ce ministère avait lui mis en garde dans un communiqué "contre l'organisation de tout rassemblement, marche ou manifestation contrevenant à la loi", affirmant qu'il agirait "face à ces activités illégales avec fermeté et de manière catégorique".

Les forces de l'ordre mènent depuis le début de l'été une sanglante répression des manifestants pro-Morsi qui s'est soldée par le décès de plus d'un millier de personnes et des milliers d'arrestations dans les rangs des islamistes.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus