Obsèques de Charb, dessinateur vedette de « Charlie Hebdo »

Des centaines de proches et d'anonymes se sont rassemblés pour un dernier hommage à Charb et ...
Obsèques de Charb, dessinateur vedette de « Charlie Hebdo »

Obsèques de Charb, dessinateur vedette de

Photo: Keystone

Des centaines de proches et d'anonymes se sont rassemblés pour un dernier hommage à Charb et ont salué l'arrivée de son cercueil au cimetière de Pontoise, en région parisienne. Le directeur de la publication de 'Charlie Hebdo' et dessinateur vedette du journal satirique devait ensuite être inhumé dans la stricte intimité.

Outre la famille de Stéphane Charbonnier, dit Charb, et les survivants de l'hebdomadaire, plusieurs ministres français dont Christiane Taubira (Justice), Najat Vallaud-Belkacem (Education) et Fleur Pellerin (Culture) ou encore le dirigeant du Front de Gauche Jean-Luc Mélenchon, ont assisté à la cérémonie. Dehors, des centaines d'anonymes avaient fait le déplacement pour la suivre sur écran géant.

'Charb, je ne le connaissais pas mais je suis un lecteur de Charlie Hebdo. Ce qui s'est passé me rend tout triste, ça fait une semaine que je pleure pour un oui ou un non', a déclaré ému, Patrice Néron, 68 ans. 'Ca fait 40 ans que je me bats pour la liberté, contre les intégristes. Je suis inquiet, je ne sais pas où l'on va', a-t-il ajouté.

John Kerry

Plus tôt dans la matinée, le président François Hollande avait accueilli John Kerry, venu pour rendre un hommage tardif aux 17 morts des attentats qui ont frappé la France. Il a invité le secrétaire d'Etat américain à trouver 'ensemble les réponses nécessaires'.

'Vous aviez vous-mêmes été victimes d'un attentat terroriste exceptionnel le 11 septembre 2001. Nous devons ensemble trouver les réponses nécessaires', a déclaré M. Hollande. 'Nous partageons la douleur' du peuple français, a assuré de son côté M. Kerry.

Au début de leur entretien, ouvert pendant quelques instants à la presse, François Hollande a remercié John Kerry pour son intervention télévisée depuis Washington au lendemain des attentats dans sa 'deuxième langue (le français) pour venir en soutien du peuple français qui s'est levé'.

Les condoléances du peuples américain sont 'très sincères', a souligné pour sa part John Kerry, disant 'partager la douleur et l'horreur' ressenties par le peuple français. 'Nous vous avons observé, vous et votre équipe, mener avec beaucoup d'élégance et de talent' les opérations, mais aussi 'le peuple français qui s'est réuni avec un sens aigu de l'unité', a-t-il poursuivi, parlant d'une 'grande leçon pour le monde'.

/ATS


Actualisé le