Israël pratique le nettoyage ethnique (expert ONU)

Le rapporteur de l'ONU pour les territoires palestiniens Richard Falk a accusé vendredi Israël de pratiquer une politique de nettoyage ethnique à Jérusalem-Est. Plus de 11'000 Palestiniens ont perdu le droit de résider à Jérusalem depuis 1996, a-t-il précisé.

Arrivé au terme de son mandat de six ans comme rapporteur de l'ONU, Richard Falk a confié son pessimisme. "Tout au long de ces six années, la situation du peuple palestinien et du droit international dans les territoires occupés n'a pas cessé de se détériorer", a déclaré le professeur juif américain.

"L'évolution va clairement vers une détérioration en raison de la politique de colonisation israélienne au détriment des droits des Palestiniens", a-t-il dit. Le nombre de colonies de peuplement construites en Cisjordanie a doublé l'an dernier. La construction de centaines de nouvelles maisons dans les territoires palestiniens a déjà été autorisée cette année par le gouvernement israélien, a indiqué Richard Falk.

Discrimination systématique

"Les expropriations de biens et les démolitions de maisons palestiniennes, la construction de nouvelles colonies à Jérusalem-Est, l'impossibilité pour les Palestiniens d'y construire équivalent à une discrimination systématique basée sur l'identité ethnique", a-t-il déclaré.

Dans son rapport au Conseil des droits de l'homme, Richard Falk a souhaité que la Cour internationale de justice (CIJ) se penche sur le statut légal de l'occupation israélienne prolongée de manière à mieux garantir les droits des Palestiniens.

L'expert de l'ONU a aussi dénoncé la poursuite de la construction du Mur, déclaré illégal par la CIJ en 2004. Environ 85% du Mur de séparation se trouve sur territoire palestinien en Cisjordanie et plus de 60% des 708 kilomètres prévus sont achevés, a-t-il dit.

Attention détournée

Richard Falk a estimé qu'Israël profite des crises en Syrie et en Ukraine qui détournent l'attention de la communauté internationale et permettent à l'Etat hébreu de poursuivre sa "politique annexionniste". "Il y a actuellement très peu d'éléments qui encouragent Israël à y renoncer", a-t-il affirmé.

Le rapporteur a aussi dénoncé les "campagnes diffamatoires" de certaines ONG pro-israéliennes, comme UN Watch, à son encontre. "Elles ont eu pour effet de détourner l'attention du message vers le messager et de parler des biais supposés de l'observateur plutôt que de ses observations", a affirmé l'universitaire américain.

Le Conseil des droits de l'homme doit nommer la semaine prochaine un nouveau rapporteur pour les territoires palestiniens.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes