Jérusalem: Abbas dénonce une "déclaration de guerre" par Israël

Le président palestinien Mahmoud Abbas a dénoncé la fermeture par Israël de l'Esplanade des mosquées et les récents agissements israéliens à Jérusalem-Est. Il y voit une "déclaration de guerre" aux Palestiniens et aux musulmans.

"La poursuite de ces agressions et cette dangereuse escalade israélienne constituent une déclaration de guerre au peuple palestinien, à ses lieux sacrés et à la nation arabe et musulmane", a dit M. Abbas selon son porte-parole Nabil Abou Roudeina.

L'esplanade des Mosquées dans la vieille ville de Jérusalem est interdite d'accès aux visiteurs et aux fidèles musulmans "jusqu'à nouvel ordre", a annoncé la police israélienne au lendemain d'une attaque armée contre un militant de droite israélien. L'auteur de cette attaque a été tué jeudi matin par la police.

Nouveaux heurts

Ce décès a provoqué nouvelle escalade des tensions dans la Ville sainte, de jeunes Palestiniens attaquant la police en plusieurs endroits.

Jeudi matin, de jeunes Palestiniens échangeaient avec les policiers israéliens des pierres et des grenades assourdissantes aux confins des quartiers d'Abou Tor et de Silwan, épicentre des troubles au pied de la Vieille ville et de l'esplanade des Mosquées depuis une semaine, a constaté un journaliste de l'AFP.

Jeunes Palestiniens et policiers israéliens en décousaient près des lieux où les policiers avaient tué tôt jeudi Muataz Hijazi. Celui-ci est soupçonné d'avoir tiré mercredi soir sur Yehuda Glick et de l'avoir grièvement blessé.

"C'était un assassinat pur et simple. Ils l'ont tué de sang froid", a dit un habitant sous couvert de l'anonymat. Les policiers israéliens ont pris le contrôle de l'ambulance qui transportait le corps, selon des témoins.

/ATS


Actualisé le