Kiev accuse la Russie de préparer une intervention

Alors que des tirs à l'arme lourde ont frappé tôt samedi matin Donetsk, fief des séparatistes prorusses, les troupes ukrainiennes de l'est du pays ont été visées par des tirs. Kiev avait auparavant accusé la Russie d'avoir tenté une provocation sous prétexte humanitaire.

Selon la mairie de Donetsk, des obus ont touché un quartier du nord-ouest de la ville vers 06h00 (05h00 en Suisse). Aucun immeuble d'habitation n'a été touché directement. Ces explosions n'ont fait aucune victime, mais des dégâts matériels, ont indiqué les autorités dans un communiqué.

Pendant la nuit, les troupes ukrainiennes engagées dans la région "ont été visées par des tirs à plusieurs reprises (...) Il y a des victimes", dont le nombre reste à déterminer, a fait savoir un porte-parole de l'état-major ukrainien Olexiï Dmytrachkivski.

L'offensive des forces ukrainiennes lancée il y a quatre mois se concentre désormais sur les principales places fortes rebelles. A Donetsk, les combats ont gagné ces derniers jours le centre de la ville.

Réunion d'urgence à l'ONU

Au cours d'une réunion d'urgence à l'ONU vendredi, la Russie a proposé de mener une "mission humanitaire" ou de créer des couloirs humanitaires pour venir en aide à la population de l'Est de l'Ukraine. Cette proposition a été rejetée par Washington.

L'aide d'urgence "doit être acheminée par des organisations humanitaires qui en ont l'expérience, pas par la Russie", a répliqué l'ambassadeur américain Samantha Power.

Convoi humanitaire stoppé

A la télévision ukrainienne vendredi soir, le numéro deux de l'administration présidentielle ukrainienne, Valéry Tchaly, a pour sa part accusé la Russie d'avoir tenté d'envoyer un convoi humanitaire en Ukraine. Il était, selon lui, escorté de militaires et de véhicules russes.

"Soi-disant en accord avec le Comité international de la Croix-Rouge, un convoi humanitaire devait entrer dans le territoire ukrainien avec des troupes de maintien de la paix, évidemment pour provoquer un conflit d'ampleur", a-t-il affirmé, cité dans un communiqué de la présidence.

Face à la situation, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) va renforcer son aide à la population et augmenter ses effectifs en Ukraine. Le président de l'organisation Peter Maurer l'a affirmé vendredi dans une conversation téléphonique avec Didier Burkhalter, président de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus