Kosciusko-Morizet désignée tête de liste de l'UMP à Paris

Nathalie Kosciusko-Morizet a été désignée lundi tête de liste de l'UMP pour l'élection à la mairie de Paris en 2014 au premier tour d'une primaire. Cette consultation parsemée d'embûches augure des combats à venir pour l'ex-ministre de Nicolas Sarkozy.

La députée de l'Essonne, qui avait ardemment milité pour cette investiture par vote électronique, a été largement choisie par 58,16% des votants (11'675 voix), selon les résultats officiels.

Le scénario redouté d'un ballottage n'est finalement pas advenu, malgré la pression de Pierre-Yves Bournazel et de Jean-François Legaret. Les deux rivaux de Mme Kosciusko-Morizet avaient tenté de capitaliser sur le mouvement de contestation contre le mariage homosexuel.

Le maire du 1er arrondissement Jean-François Legaret arrive en deuxième position avec 4095 voix (20,40%), devant Pierre-Yves Bournazel, qui obtient 2165 voix (10,75%) et Franck Margain, 2075 voix (10,34%). Au total, 23'314 électeurs s'étaient inscrits pour la primaire, a précisé le superviseur du scrutin. Avec plus de 20'000 suffrages exprimés, le taux de participation est de 86,10%.

Coude-à-coude avec la candidate du PS

Agée de 40 ans, Nathalie Kosciusko-Morizet sera la principale adversaire de la socialiste Anne Hidalgo, 53 ans, qui brigue la succession de Bertrand Delanoë. Des sondages les placent au coude-à-coude en vue du premier tour de l'élection municipale de 2014.

Pierre-Yves Bournazel avait jeté le trouble vendredi, au premier jour du vote, en demandant la suspension immédiate de la consultation. Le candidat estimait le vote entaché de suspicion en raison de défaillances techniques et de manquements présumés de l'équipe de Nathalie Kosciusko-Morizet au règlement de la primaire.

Une réunion de conciliation samedi et l'intervention du président de l'UMP Jean-François Copé avaient permis d'apaiser les esprits.

/SERVICE


Actualisé le

 

Articles les plus lus