L'OMS met en garde contre un risque sanitaire mondial avec l'Ebola

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a décrété vendredi une urgence de santé publique mondiale contre Ebola et recommandé une série de mesures spéciales. De leur côté, Bruxelles, qui a débloqué 8 millions d'euros supplémentaires (9,71 millions de francs suisses), et la Suisse estiment que le risque de propagation en Europe n'est pas important.

Au total, cette nouvelle aide européenne porte à 11,9 millions d'euros (14,4 millions de francs suisses) l'effort déployé depuis le début de l'année par la Commission européenne pour lutter contre Ebola. L'UE va installer "dans les prochains jours" un laboratoire mobile, vraisemblablement en Sierra Leone, pour réaliser des tests de dépistage du virus.

De son côté, le comité d'urgence de l'OMS a demandé aux chefs d'Etat des pays affectés de "décréter un état d'urgence". Il les invite à "s'adresser personnellement à la nation" pour informer les populations.

Cette épidémie d'Ebola est "la plus importante et la plus sévère" en quatre décennies, a souligné vendredi la directrice générale de l'OMS Margaret Chan. Le virus a fait près de 1000 tués depuis le début de l'année, sur plus de 1700 cas présumés.

Voyageurs surveillés de près

Le comité demande que les équipages des vols commerciaux vers les pays concernés reçoivent une formation et du matériel médical de protection pour eux et leurs passagers.

Ceux qui ont été en contact avec des malades, à l'exception du personnel médical équipé de vêtements protecteurs, ne doivent pas être autorisés à voyager. Et tous les voyageurs quittant les pays affectés doivent faire l'objet d'un examen dans les aéroports, les ports et aux principaux postes-frontières, avec questionnaire et prise de température pour détecter les cas suspects.

Etat d'urgence

Le Dr Keiji Fukuda, adjoint de la directrice générale et en charge de l'épidémie, a précisé qu'une quarantaine de 31 jours doit être imposée pour les cas suspects, compte tenu d'un temps d'incubation de 21 jours.

L'OMS ne met pas en quarantaine les quatre pays concernés: Guinée, Liberia, Sierra Leone et Nigeria. Mais, Liberia et Sierra Leone, déjà en état d'urgence, ont déjà placé en isolement trois villes de la zone contaminée et fermé certaines routes et lieux de loisirs.

Et le président nigérian Goodluck Jonathan a déclaré vendredi que la lutte contre le virus Ebola était "une urgence nationale". La maladie a fait deux tués au Nigeria.

Goodluck Jonathan a également approuvé un plan d'intervention spéciale et le déblocage immédiat de 1,9 milliard de nairas (environ 10,57 millions de francs) pour combattre la maladie au Nigeria.

Suisse confiante

Comme leurs homologues européennes, les autorités sanitaires suisses ne s'attendent elles pas à voir entrer en Suisse une ou des personnes contaminées. Seule éventualité envisagée: des travailleurs humanitaires ayant soigné des patients atteints.

/ATS


Actualisé le