Le Costa Concordia enfin à la casse, l'Italie respire

L'Italie a pu pousser un grand soupir collectif de soulagement avec l'arrivée sans encombre à Gênes de l'épave du Concordia. Le naufrage du paquebot il y a deux ans et demi avait coûté la vie à 32 personnes et plongé ce pays dans le malaise.

La carcasse du navire, grande comme deux fois le Titanic, redressée et renflouée à grands frais ces derniers mois, a pénétré en fin de matinée dans l'enceinte du terminal Europe de Voltri, en banlieue de Gênes, tirée par plusieurs remorqueurs.

Au soulagement général, le bateau renfloué a accompli sans accroc son ultime voyage, tiré pendant quatre jours par deux puissants remorqueurs de haute mer sur un parcours de quelque 280 km le long des côtes italiennes. La France avait craint un temps que l'épave ne pollue les côtes corses lors de son passage à proximité.

Un véritable défi technique

Le président du conseil Matteo Renzi est arrivé peu après pour inspecter l'épave et remercier les équipes chargées de l'opération.

"Aujourd'hui ne peut certainement pas être qualifié de jour heureux. Je ne crois pas que quiconque puisse faire la fête ou se réjouir car nous tournons la page sur un événement qui a provoqué la mort de 33 personnes" (32 au moment du naufrage et un plongeur espagnol plus tard), a-t-il dit.

"L'effort entamé il y a deux ans a atteint son juste objectif", a pour sa part sobrement commenté le chef de la Protection civile italienne, Franco Gabrielli, qui a supervisé toute l'opération de sauvetage, considérée comme un défi technique sans précédent.

Une nouvelle vie attend le navire

Au terme de longs mois de préparatifs, la carcasse renforcée du Costa Concordia, qui pèse 114'500 tonnes et mesure 290 mètres de long, avait été remise à flot mercredi dernier par injection d'air dans une trentaine de caissons métalliques fixés à sa coque. Le navire avait pu quitter l'île toscane du Giglio.

Une nouvelle vie attend à présent le Concordia, monstre de 114'500 tonnes, dont une grande partie de l'acier est considérée comme réutilisable et devrait être cédée à des groupes sidérurgiques pour être refondue et donner naissance à de nouveaux matériaux. D'autres pièces, jugées "significatives", pourraient faire leur entrée au musée de la Mer de Gênes.

Point de départ

Pour cette ville, l'arrivée du bateau est une aubaine. Elle devrait fournir du travail à quelque 700 personnes pendant un an et demi, a estimé le président de la région de Ligurie, Claudio Burlando.

Selon lui, cet événement peut aussi constituer un point de départ pour la relance d'une "filière" démolition, abandonnée il y a des dizaines d'années.

Le capitaine du Costa Concordia, Francesco Schettino, est actuellement en procès pour homicides involontaires et abandon de poste.

/ATS


Actualisé le

 

Articles les plus lus