L'opposition aurait remporté les législatives en Indonésie

Le principal parti d'opposition indonésien, le PDI-P, est arrivé en tête des élections législatives de mercredi. Crédité de 19% des suffrages, il fait toutefois moins bien qu'attendu à ce scrutin qui aurait dû mettre sur orbite le populaire gouverneur de Jakarta pour la présidentielle de juillet.

Ce score est nettement inférieur aux 25% que prévoyaient les sondages. Si ces projections se confirment, le Parti démocratique indonésien de la lutte (PDI-P) devra s'allier avec un partenaire pour pouvoir présenter la candidature de Joko Widodo à la présidentielle.

Pour présenter un candidat, un parti politique doit en effet s'assurer d'au moins 25% des suffrages aux législatives ou de 20% des 560 sièges de la chambre basse du Parlement.

Le Parti démocrate en chute libre

Le parti Golkar, ancien appareil politique du régime autoritaire de Suharto, reste à la deuxième place avec 14% des voix, suivi du parti Gerindra (12%), d'après les estimations de l'institut CSIS basées sur des résultats dans 2000 bureaux de vote.

Eclaboussé par les affaires, le Parti démocratique du président sortant Susilo Bambang Yudhoyono - qui ne peut se représenter après deux mandats consécutifs - est crédité de quelque 10%, soit moitié moins que le score réalisé lors des législatives de 2009.

Les différentes formations islamistes obtiendraient ensemble 32% des suffrages, un score supérieur à leurs performances aux précédentes législatives, en 2009 (29%). Les résultats officiels du scrutin sont attendus pour début mai.

Vote sans incident

Les élections, qui couvrent trois fuseaux horaires dans ce pays de plus de 250 millions d'habitants, avaient débuté sous une pluie battante en Papouasie, la plus orientale de l'archipel, à 07h00 locales (00h00 mercrdi en Suisse). Elles se sont étendues aux îles du centre, dont la principale, Java, puis à l'ouest.

Les élections semblaient s'être déroulées sans heurts majeurs et aucune violence ou perturbations n'a été signalée. Au total, 6600 candidats à la chambre basse se sont disputé les suffrages de 186 millions d'électeurs de l'archipel, le plus grand pays musulman du monde.

/ATS


Actualisé le