L'opposition syrienne décrète un gouvernement provisoire

La Coalition nationale syrienne (CNS) a constitué un gouvernement provisoire pour les zones tenues par les rebelles en Syrie, ont fait savoir des membres de cette structure de l'opposition à Bachar al Assad soutenue par les pays occidentaux. Cette annonce est intervenue au terme de trois jours de discussions animées à Istanbul.

Les pays occidentaux, Etats-Unis en tête, s'opposaient par avance à cette initiative, susceptible à leurs yeux de compliquer les efforts pour organiser une conférence de paix à Genève. Ils souhaitent que ces pourparlers de paix débouchent sur la désignation d'un pouvoir intérimaire pour mettre fin au conflit en Syrie.

La CNS, dont tous les dirigeants vivent en exil, exerce une influence limitée sur la mosaïque d'unités rebelles combattant les forces du régime en Syrie. Elle s'est résolue à participer sous conditions,à la conférence de Genève 2, dont la date n'a pas encore été fixée.

Abdication d'al-Assad

L'Armée syrienne libre (ASL), principale formation rebelle, a fait part de ses propres conditions pour participer à la conférence. Dans un communiqué, le Haut conseil du commandement militaire de l'ASL demande que la conférence "annonce précisément son objectif qui est la formation d'un gouvernement national transitoire ayant les pleins pouvoirs". L'ASL exige par ailleurs un accord de principe pour l'abdication de Bachar al-Assad et réclame "un calendrier précis" pour la négociation sous l'article 7 de la Charte de l'ONU qui autorise le recours à la force.

L'Armée syrienne libre demande également la constitution "d'un organisme de justice indépendant (..) chargé de déférer devant la justice les auteurs des crimes commis contre le peuple syrien", "la libération des détenus dans les prisons", "l'arrêt des tueries et des bombardements perpétrés par le régime".

En outre, l'ASL veut "des corridors humanitaires pour les zones assiégées" et "le départ des combattants du (mouvement chiite libanais) Hezbollah et des groupes irakiens et iraniens du territoire syrien".

Pour l'ASL, l'opposition devrait être représentée à Genève par "une délégation unique qui réunirait des membres de la Coalition et du Haut Conseil militaire".

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus